BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

ISOPTÈRES

3.  Alimentation des termites

Les termites sont généralement considérés comme des mangeurs de bois. Mais, si cette conception est le plus souvent vraie, les Isoptères ne sont pas tous exclusivement xylophages ; il existe parmi eux de véritables polyphages comme le Mastotermes darwiniensis, fléau de l'Australie septentrionale, qui consomme non seulement tout ce qui contient de la cellulose (bois, toile, coton, etc.) mais aussi la laine, la corne, l'ivoire, le sucre, etc. Cette polyphagie rapproche les termites des blattes qui ont un régime omnivore. En règle générale, les espèces les plus primitives (KalotermesZootermopsis) sont xylophages, les Rhinotermitidés (Reticulitermes) y ajoutent diverses matières d'origine végétale, et les espèces supérieures (famille des Termitidés) ont des régimes plus variés. D'ailleurs, même les xylophages consomment non seulement le bois, mais aussi le mycélium des champignons qui l'attaquent. Ils y trouvent sans doute une source d'azote qui leur fait cruellement défaut et qu'ils compensent par tous les moyens y compris le cannibalisme (envers les individus blessés), la nécrophagie et l'oophagie. En outre, il est aujourd'hui généralement admis que les termites fixent l'azote atmosphérique grâce à leurs bactéries symbiotiques (Breznak et coll., 1973 ; French et coll., 1976).

  Trophallaxie

À côté des aliments bruts que les termites récoltent, leur nourriture comprend pour une grande part les aliments élaborés qu'ils recueillent auprès de leurs congénères : l'aliment stomodéal régurgité de bouche à bouche et l'aliment proctodéal qui est produit par l'anus. On a déjà signalé qu'il ne s'agit pas là de coprophagie vraie et que l'aliment proctodéal ne doit pas être confondu avec les excréments. Il consiste en un liquide riche en Flagellés, provenant directement de la panse rectale et paraissant jouer un rôle essentiel dans la digestion de la cellulose.

Les échanges trophallaxiques entre individus de la colonie (cf. hyménoptéres, chap. 3, Vie sociale) revêtent une grande importance, car les individus de certaines castes ne peuvent pas ou ne savent pas s'alimenter p […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  5 pages…

Pour citer cet article

Robert GAUMONT, « ISOPTÈRES  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/isopteres/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« ISOPTÈRES » est également traité dans :

TERMITE
FLAGELLÉS
Dans le chapitre "Rôle des Flagellés et digestion de la cellulose"
GRASSÉ PIERRE-PAUL (1895-1985)
NÉOTÉNIE
Dans le chapitre "La néoténie chez les Insectes"
STIGMERGIE
SYMBIOSE
Dans le chapitre "Phorésie et commensalisme"
TAXIES
Dans le chapitre "Les conditions « internes » de la réponse taxique"
TELLURIQUE MILIEU

Afficher la liste complète (8 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média