BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

GARDE NATIONALE

Le 13 juillet 1789, le comité permanent des électeurs décide la constitution d'une force armée de 48 000 hommes pour assurer le maintien de l'ordre dans la capitale. Son commandement est confié le 15 juillet à La Fayette. Elle reçoit le nom de garde nationale. Dans la plupart des villes et dans de nombreux villages, des milices sont formées sur ce modèle. Leur recrutement varie selon les régions mais est surtout réservé à l'origine aux citoyens aisés. Le décret du 12 juin 1790 leur donne un règlement uniforme. Le décret du 14 octobre 1791 décide que le service dans la garde sera obligatoire pour les citoyens actifs de dix-huit à soixante ans.

Au cours d'une révolution dont le cadre essentiel est Paris, comment la garde nationale de la capitale n'aurait-elle pas joué un rôle décisif ? Elle est encore une force d'ordre lorsqu'elle tire sur les manifestants au Champ-de-Mars, le 17 juillet 1791. Mais, divisée à la veille du 10 août entre modérés et révolutionnaires, la garde nationale bascule, le jour de l'émeute, dans le camp de la Révolution. L'assassinat de son chef, Mandat, est moins déterminant que l'abstention d'une large couche de la bourgeoisie parisienne, découragée par l'attitude de Louis XVI.

Désormais la garde nationale accentue son caractère démocratique. Tous les citoyens y entrent. À Paris, la garde devient l'émanation des sections : plus de 110 000 hommes en janvier 1793. Le parti girondin s'inquiète. Il est renversé par les canonniers d'Hanriot le 2 juin 1793. En revanche, la garde ne bouge pas, par suite de l'impéritie du même chef, Hanriot, lors du 9 thermidor 1794. Sa reprise en main par les « propriétaires » apparaît nettement lorsqu'elle écrase l'insurrection populaire de prairial an III. La garde glisse même au royalisme dans treize sections parisiennes. La troupe doit tirer sur elle pour sauver la Convention, le 13 vendémiaire (5 oct. 1795). Son règne s'achève ; celui de l'armée commence.

Mises en veilleuse sous le Consulat, réorganisées par un sénatus-con […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  1 page…

Pour citer cet article

Jean TULARD, « GARDE NATIONALE  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/garde-nationale/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« GARDE NATIONALE » est également traité dans :

COMMUNE DE PARIS

Écrit par :  Édith THOMAS

Dans le chapitre "Naissance de la Commune"  : …  un courage exemplaire le froid, la faim et les bombardements. Mais il s'avère bientôt que le gouvernement dit de la Défense nationale n'est nullement décidé à la lutte, tandis que le peuple de Paris réclame la guerre à outrance. * 380 000 hommes constituent la garde nationale, groupée dans ses conseils de famille et dirigée par le Comité central… Lire la suite
JUIN 1848 JOURNÉES DE

Écrit par :  Émilien CONSTANT

… *L'élection, les 23 et 24 avril 1848, d'une Constituante républicaine modérée a été ressentie comme une défaite par l'extrême gauche révolutionnaire. Au cours de la journée du 15 mai, des émeutiers, peut-être manipulés par la police, réclament une intervention en faveur de la Pologne mais prétendent aussi, à l'exemple des « journées » de la grande… Lire la suite
POLICE SOUS LA RÉVOLUTION ET L'EMPIRE

Écrit par :  Vincent DENIS

Dans le chapitre "L'urgence et le provisoire (1789-1790)"  : …  est exercée par le Département de police de la Commune provisoire, assisté par une nouvelle force publique, la *garde nationale, composée de citoyens et d'anciennes unités chargées du maintien de l'ordre. Dans chacun des soixante districts qui se partagent la ville, l'ordre est assuré par un comité de citoyens et les compagnies de la garde nationale… Lire la suite
RÉVOLUTION & EMPIRE, armée

Écrit par :  Jean-Paul BERTAUD

Dans le chapitre "Les volontaires de 1791"  : …  temps avant la fuite du souverain, puis au moment de l'événement, des volontaires issus de la *Garde nationale s'étaient levés pour défendre le régime contre une attaque éventuelle des puissances européennes. L'Assemblée légalisa ces levées et demanda aux départements de fournir 100 000 volontaires. Les plus gros contingents et les plus… Lire la suite
TROIS COULEURS LES

Écrit par :  Hervé PINOTEAU

… *Le nombre des couleurs franches et héraldiques étant fort limité, la combinaison du bleu, du blanc et du rouge fut assez fréquente en France à travers les siècles. Des manuscrits à peintures ont utilisé la bande tricolore depuis Philippe V le Long (1316-1322) et surtout sous Charles V (1364-1380), mais ils ne sont pas tous d'origine royale. Par… Lire la suite
VOLONTAIRES, Révolution française

Écrit par :  Jean-Michel LÉVY

… *Réformer l'armée n'est pas la préoccupation dominante des États généraux de 1789. C'est l'attitude du roi qui, en juillet, amène les électeurs parisiens à former une milice de 48 000 hommes, qui prend la Bastille ; et, la province imitant Paris, le royaume va se trouver encadré par une garde nationale de 2 500 000 citoyens. En vain, Dubois-Crancé a… Lire la suite

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média