BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

FERTILITÉ DES SOLS

Lorsqu'on s'interroge sur le sens du substantif « fertilité » ou de son adjectif dérivé « fertile », la première idée qui vient généralement à l'esprit est celle d'un niveau de production utile. Cela traduit des résultats tangibles, concrets. Un sol fertile apparaît donc en premier lieu comme un sol fécond, c'est-à-dire un sol qui produit d'abondantes récoltes.

Mais cette acception concrète conduit parfois à des ambiguïtés flagrantes. Considérons, par exemple, le cas d'une parcelle homogène qui, lors d'une succession, serait partagée entre deux héritiers agriculteurs d'inégale valeur professionnelle. Il est alors hautement probable que la productivité ( le rendement) des deux fractions parcellaires sera très rapidement différenciée. Envisageons ensuite le cas de diverses variétés d'une même plante cultivée qui, possédant chacune leurs caractères propres d'activité photosynthétique, de résistance au froid ou aux maladies parasitaires, conduisent à des rendements fort différents dans un même milieu pédoclimatique. Faut-il conclure de ces deux exemples que la fertilité des parcelles mises en comparaison n'est pas la même ? Ou doit-on penser que la fertilité de l'une est plus mal – ou moins bien – exprimée que celle de l'autre ? On en vient alors à attribuer à la fertilité un autre sens, abstrait, celui de capacité de production, ou encore d'une faculté ou d'une aptitude à produire.

Entre ces deux acceptions – la concrète et l'abstraite – qui, dans la réalité, sont souvent convergentes, même le recours aux meilleurs dictionnaires laisse l'esprit indécis. Car l'acception concrète est attribuée au substantif « fertilité », ou à son synonyme « fécondité », tandis que l'autre est attribuée au qualificatif « fertile ». Aussi convient-il, comme le font les linguistes, de s'en remettre à l'usage qui admet l'une et l'autre.

À la vérité, cette double acception est jugée bien nécessaire pour qui connaît, par expérience ou par savoir, la multiplicité des facteurs de production et, par con [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  4 pages…

 

Pour citer cet article

Louis GACHON, « FERTILITÉ DES SOLS  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fertilite-des-sols/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« FERTILITÉ DES SOLS » est également traité dans :

AGRICULTURE - Histoire des agricultures jusqu'au XIXe siècle

Écrit par :  Marcel MAZOYERLaurence ROUDART

Dans le chapitre "Les cultures avec jachère et élevage associé de l'Antiquité"  : …  avec une friche herbeuse de quinze mois, la jachère, formant ainsi une rotation biennale. Pour renouveler la fertilité de ces terres, les animaux, pâturant le jour dans les zones herbeuses environnantes, étaient parqués toutes les nuits durant quinze mois sur les jachères afin qu'ils y déposent leurs déjections. Mais ce mode de fumure impliquait… Lire la suite
AGRONOMIE

Écrit par :  Stéphane HÉNINMichel SEBILLOTTE

Dans le chapitre "L'agronomie en tant que science, du XVIIIe siècle à nos jours"  : …  d'établir un système de l'agriculture, s'efforçant en outre de définir la notion de « fertilité », c'est-à-dire l'aptitude à produire. Cette dernière était considérée comme une propriété inhérente au sol, et non, comme on l'a montré depuis, à l'ensemble « plante-sol-climat-techniques ». Cependant, Thaër considérait que cette propriété pouvait être… Lire la suite
AMMONIFICATION ou AMMONISATION

Écrit par :  Didier LAVERGNE

Dans le chapitre "Ammonification et fertilité"  : …  Leur méconnaissance a cependant causé des déboires, dans diverses tentatives de fertilisation : épandage des eaux résiduelles, utilisation de certains engrais azotés, reconversion d'herbages, amélioration des sols forestiers. Le problème de la fertilisation par engrais azotés se pose ; les nitrates et l'urée sont facilement… Lire la suite
ENGRAIS

Écrit par :  Albert DAUJATPhilippe ÉVEILLARDJean HEBERTJean-Claude IGNAZI

Dans le chapitre "Lois d'action des éléments fertilisants"  : …  rendement et à enrichir le sol ; en sol riche, comme un apport destiné à maintenir la fertilité en compensant les exportations et les pertes. Dans certaines situations de sols exceptionnellement enrichis (par exemple en phosphore), la fertilisation raisonnée peut prévoir de suspendre pendant un certain nombre d'années l'apport des éléments… Lire la suite
FORÊTS - La forêt, un milieu naturel riche et diversifié

Écrit par :  Yves BASTIENMarcel BOURNÉRIAS

Dans le chapitre "Influences édaphiques"  : …  sans excès, la composition ionique est le facteur essentiel de la fertilité du sol. Parmi les indices de cette fertilité, ceux qui sont en rapport avec la nitrification sont les plus importants. Quand celle-ci est faible, le sol présente une forte teneur relative en carbone, s'exprimant par un rapport C/N élevé ; cette accumulation de matière… Lire la suite
OLIGOÉLÉMENTS

Écrit par :  Jean LAVOLLAY

Dans le chapitre "Maladies de carence"  : …  cas, sont incapables d'en obtenir suffisamment pour satisfaire leurs besoins. Les carences absolues sont rares mais peuvent survenir sur des sols sableux très pauvres. Très souvent une carence apparaîtra alors que le sol est relativement riche en l'élément considéré, mais à l'état de combinaisons difficilement utilisables. Le pH du sol est un… Lire la suite

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.