BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

MACARTHUR DOUGLAS (1880-1964)

Officier toujours brillant et toujours controversé, Douglas MacArthur, qui était sorti de West Point en 1903, sert aux Philippines, au Japon, devient aide de camp du président Theodore Roosevelt et se retrouve à l'état-major général. Son père, le général MacArthur, lui fournit un appui qui n'est pas négligeable. Aussi est-il en 1918 le plus jeune général de l'armée américaine : chef d'état-major de la 42e division, commandant de la 84e brigade, enfin, chef de la 42e division, il se couvre de gloire, mais suscite la critique par son panache et son goût de l'exploit. Après un séjour en Allemagne occupée, il accède au poste de directeur de l'Académie militaire, sert de nouveau aux Philippines, et, en 1930, est général d'armée. De 1930 à 1935, il est le chef de l'état-major général ; c'est à ce titre qu'en 1932 il réprime par la force la manifestation des anciens combattants venus à Washington réclamer le versement de leurs pensions. En 1935, il repart pour les Philippines ; c'est là que la guerre le surprend, alors qu'il a pris sa retraite depuis 1937. Il est rappelé au service, reçoit en 1941 le commandement des forces américaines en Extrême-Orient, et en 1942 celui des forces alliées sur le même théâtre d'opérations.

Pour MacArthur, le Pacifique devrait être le théâtre privilégié des armées alliées. Peu à peu, il en est venu à l'idée que les États-Unis peuvent à la rigueur se désintéresser de l'Europe ; leur avenir est en Extrême-Orient. Aussi s'impatiente-t-il de ne pas recevoir tous les renforts qu'il réclame. Néanmoins, il parvient, par la tactique dite « des sauts de puce », à reprendre aux Japonais leurs conquêtes, et, général d'armée en 1944, il signe en septembre 1945 la reddition sans conditions des armées japonaises.

Proconsul des États-Unis au Japon, il est un héros vivant pour ses compatriotes, un oracle pour Washington, bien qu'il n'ait pas prévu la possibilité d'une attaque communiste en Corée. Pourtant, Truman n'hésite pas à lui confier les plus hautes responsabilités. À la fin de l'année 195 […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  1 page…

 

Pour citer cet article

André KASPI, « MACARTHUR DOUGLAS - (1880-1964)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/douglas-macarthur/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« MACARTHUR DOUGLAS (1880-1964) » est également traité dans :

AUSTRALIE

Écrit par :  Benoît ANTHEAUMEJean BOISSIÈREBastien BOSAHarold James FRITHYves FUCHSAlain HUETZ DE LEMPSIsabelle MERLEXavier PONS Universalis

Dans le chapitre "L'Australie depuis la Seconde Guerre mondiale"  : …  militaire. Dès avril 1942, les États-Unis s'imposent comme le nouveau protecteur, avec l'arrivée du* général MacArthur et l'installation du commandement en chef des forces alliées dans le Pacifique, à Melbourne, puis à Brisbane : 540 000 soldats australiens sont engagés aux côtés des 900 000 Américains dans la reconquête des îles du Pacifique, en… Lire la suite
CORÉE - Histoire

Écrit par :  Jin-Mieung LIOgg LIMadeleine PAUL-DAVID Universalis

Dans le chapitre "La guerre de Corée, 1950-1953"  : …  en Corée et autorisa l'aviation à attaquer le Nord. Le 1er juillet, le général *Douglas MacArthur, alors gouverneur militaire du Japon, fut nommé commandant des forces de l'O.N.U. Le 5 septembre, les troupes nordistes arrivèrent à une centaine de kilomètres de Pusan, port situé à l'extrême sud-est de la péninsule, où s'était… Lire la suite
CORÉE GUERRE DE (1950-1953)

Écrit par :  Olivier COMPAGNON

  *Après la Seconde Guerre mondiale, la Corée est occupée par les Soviétiques au nord et par les Américains au sud. En 1948 naissent officiellement, de part et d'autre du 38e parallèle, deux États distincts et bientôt rivaux : la Corée du Nord, communiste, de Kim Il-sung et la Corée du Sud de Syngman Rhee,… Lire la suite
GUERRE FROIDE

Écrit par :  André FONTAINE

Dans le chapitre "La guerre de Corée"  : …  soldats de l'O.N.U. de battre en retraite. Un débat dramatique s'engage entre le commandant en chef *Douglas MacArthur, partisan de bombarder la Mandchourie en employant au besoin l'arme atomique, et Truman qui redoute une guerre mondiale et finalement le destitue. Bientôt le front se stabilise autour de l'ancienne ligne de démarcation et des… Lire la suite
GUERRE MONDIALE (SECONDE)

Écrit par :  Henri MICHEL

Dans le chapitre "L'offensive américaine dans le Pacifique"  : …  porte-avions américains, en perdent trois ; quatre autres sont gravement endommagés. Le général *MacArthur, de son côté, se dirige vers les Philippines, par les nombreux archipels du sud du Pacifique. Il procède par enveloppements successifs, occupant les points faibles, négligeant les points forts qui, bloqués, seront réduits par la suite.… Lire la suite
JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

Écrit par :  Paul AKAMATSUVadime ELISSEEFFValérie NIQUETCéline PAJON

Dans le chapitre "L'ambition réformiste des forces d'occupation"  : …  du Japon était signée sur le cuirassé Missouri ancré dans la baie de Tōkyō, et le général *MacArthur prenait le titre de commandant suprême des puissances alliées, au sein desquelles les États-Unis, en tant que puissance occupante, exerceront une autorité sans partage. Dès le 6 septembre 1945, le programme politique défini pour l'immédiat… Lire la suite
NIMITZ CHESTER WILLIAM (1885-1966) amiral américain

Écrit par :  André KASPI

… *Sorti de l'académie navale d'Annapolis en 1905, Chester William Nimitz est, au cours de la Première Guerre mondiale, chef d'état-major de la flotte sous-marine dans l'Atlantique. Contre-amiral en 1939, il dirige le bureau de navigation du ministère de la Marine. Après l'attaque japonaise sur Pearl Harbor, Nimitz reçoit le commandement de la flotte… Lire la suite
PHILIPPINES

Écrit par :  Philippe DEVILLERSManuelle FRANCKWilliam GUÉRAICHELucila V. HOSILLOS UniversalisJean-Louis VESLOT

Dans le chapitre "Quezon, autocrate ou homme de la situation ?"  : …  amplifie les menaces d'une invasion nippone. Dès 1935, Quezon s'attache les services du général *MacArthur qui avait déjà eu l'occasion de servir à trois reprises dans l'archipel, dont la dernière en qualité de commandant général des Philippines. Retraité de l'armée américaine, MacArthur prépare la défense du pays en équipant notamment une armée… Lire la suite
TŌKYŌ PROCÈS DE

Écrit par :  Éric SEIZELET

…  à ce procès, les arrestations de suspects débutèrent dès le 11 septembre 1945, sur ordre du général* Douglas MacArthur, commandant suprême des puissances alliées au Japon (Supreme Commander for the allied forces, S.C.A.P.). Ce tribunal d'exception constitué de onze juges représentant les onze puissances alliées dans la guerre du Pacifique (États-… Lire la suite
TRIBUNAUX PÉNAUX INTERNATIONAUX

Écrit par :  Mario BETTATI

Dans le chapitre "Les tribunaux de Nuremberg et de Tōkyō"  : …  dans la compétence du tribunal, voire en connexion avec ces crimes. Après la capitulation du Japon, *le général MacArthur, commandant en chef des troupes d'occupation, décida seul, le 19 janvier 1946, la création du Tribunal international pour l'Extrême-Orient, plus connu sous le nom de Tribunal de Tōkyō. Les chefs d'inculpations étaient identiques… Lire la suite

Afficher la liste complète (10 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2016, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.