Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

5-30 novembre 2006

Irak. Condamnation à mort de Saddam Hussein et recrudescence de la guerre civile

Le 5, le Haut Tribunal pénal irakien rend son jugement dans le procès pour « crimes contre l'humanité » relatif au meurtre de cent quarante-huit civils chiites dans la localité de Doujaïl, en juillet 1982, en réponse à une tentative d'attentat contre Saddam Hussein, alors président. Le tribunal condamne à la peine de mort Saddam Hussein, son demi-frère Barzan Al-Tikriti, ancien chef des services de renseignement du régime, ainsi que l'ancien président du « tribunal révolutionnaire » du parti Baas, Awad Ahmed Al-Bandar. Quatre autres responsables de l'ancienne dictature baassiste sont condamnés à des peines de prison.

Le 10, dans un message diffusé sur Internet, le chef de la branche irakienne d'Al-Qaida, Abou Hamza Al-Muhajir, commente les résultats des élections américaines de mi-mandat, remportées par les démocrates. Il affirme que « le peuple américain a fait, par son vote, un premier pas dans la bonne direction pour sortir de l'impasse dans laquelle il se trouve ».

Le 14, quelque quatre-vingts hommes revêtus de l'uniforme des forces de sécurité irakiennes pénètrent dans les locaux du ministère de l'Enseignement supérieur, contrôlé par les sunnites, et enlèvent de cent à cent cinquante personnes.

Le 21, l'Irak et la Syrie annoncent le rétablissement de leurs relations diplomatiques, rompues en 1982.

Le 22, un rapport de l'O.N.U. estime à 3 709 le nombre de civils tués en Irak en octobre, ce qui constitue un nouveau record.

Le 23, à Bagdad, le faubourg chiite de Sadr City est le théâtre d'une série d'attentats à la bombe et d'attaques coordonnées qui font au moins deux cents morts.

Le 23 également, le ministère de la Santé, contrôlé par les chiites, est, durant 2 heures, la cible d'une attaque à l'arme lourde avant d'être dégagé par les forces américano-irakiennes. Ces opérations entraînent dès le lendemain des représailles contre la population sunnite.

Le 27, le gouvernement britannique annonce que son contingent en Irak, fort de sept mille cent hommes, sera réduit « de plusieurs milliers » avant la fin de 2007. Varsovie annonce de son côté le retrait de huit cent quatre-vingts hommes à la même date.

Le 30, le président américain George W. Bush réaffirme le soutien des États-Unis au Premier ministre irakien Nouri Al-Maliki, avec lequel il s'entretient à Amman, en Jordanie. Hostile à cette rencontre, l'imam radical chiite Moqtada Al-Sadr avait annoncé la veille la suspension de la participation de sa formation aux travaux du gouvernement et du Parlement.

— Universalis

Événements précédents

  • 11-19 octobre 2006 Irak. Progression du sentiment d'échec chez les Alliés

    Le 11, le Parlement irakien adopte le projet de loi créant un État fédéral, qui rend possible la réunion des actuelles provinces en régions autonomes dotées de pouvoirs étendus. La séance est boycottée par les partis de la coalition sunnite et par deux partis chiites, dont celui de l'imam radical Moqtada...

  • 1er-27 septembre 2006 Irak. Menace de guerre civile

    Le 1er, le Pentagone publie un rapport selon lequel «les conditions qui pourraient mener à une guerre civile sont réunies en Irak», évoquant le «combat entre les extrémistes chiites et sunnites pour contrôler les secteurs clés de Bagdad et détourner les ressources économiques».

    Le 8, le Sénat...

  • 3-31 août 2006 Irak. Poursuite des violences meurtrières

    Le 3, le général John Abizaid, qui commande les forces américaines en Irak, déclare devant la Commission des armées du Sénat des États-Unis que le pays « peut sombrer dans la guerre civile si la violence sectaire à Bagdad n'est pas arrêtée ».

    Le 8, à Bagdad, le Premier ministre Nouri...

  • 1er-25 juillet 2006 Irak. Glissement du pays vers la guerre civile

    Le 1er, à Bagdad, un attentat à la voiture piégée, perpétré sur un marché du faubourg chiite de Sadr City, cause la mort d'au moins soixante-six personnes.

    Le 1er également, une parlementaire sunnite du Front national de la concorde est enlevée dans la capitale. L'alliance sunnite met en...

  • 8-25 juin 2006 Irak. Mort du chef terroriste Abou Moussab Al-Zarkaoui

    Le 8, les autorités irakiennes et américaines à Bagdad annoncent la mort, la veille, du chef d'Al-Qaida en Irak, le Jordanien Abou Moussab Al-Zarkaoui, tué lors d'un raid aérien américain sur Baaqouba, au nord de Bagdad. Le président des États-Unis George W. Bush se réjouit de l'élimination du terroriste,...

  • 7-31 mai 2006 Irak. Investiture du gouvernement de Nouri Al-Maliki

    Le 7, le Parlement de la région autonome du Kurdistan investit à l'unanimité le premier gouvernement kurde « unifié », dirigé par Nechirvan Barzani. Ce gouvernement comprend des membres du Parti démocratique du Kurdistan et de l'Union patriotique du Kurdistan, qui se partageaient jusque-là le contrôle...

  • 2-26 avril 2006 Irak. Nomination d'un nouveau Premier ministre

    Le 2, la secrétaire d'État américaine Condoleezza Rice et le ministre des Affaires étrangères britannique Jack Straw, en visite à Bagdad, font état de la montée de l'« impatience », « en Irak comme à l'extérieur du pays », face à l'incapacité du Premier ministre issu des élections de décembre 2005, Ibrahim...

  • 9-30 mars 2006 Irak. Fermeture de la prison d'Abou Ghraib et libérations d'otages

    Le 9, les forces américaines en Irak annoncent la fermeture de la prison d'Abou Ghraib, située à l'ouest de Bagdad, où des détenus irakiens avaient été l'objet de mauvais traitements et de tortures de la part de leurs gardiens américains. Les quelque quatre mille cinq cents détenus d'Abou Ghraib doivent...

  • 12-27 février 2006 Irak. Violences intercommunautaires

    Le 12, les chiites, vainqueurs des élections législatives de décembre 2005, choisissent le Premier ministre sortant, Ibrahim al-Jaafari, comme candidat à sa propre succession.

    Le 22, à Samarra, l'un des lieux saints de l'islam chiite, au nord-ouest de Bagdad, un attentat endommage gravement le mausolée...

  • 2-31 janvier 2006 Irak. Résultats des élections législatives

    Le 2, le gouvernement publie le bilan humain des violences dans le pays pour 2005: plus de sept mille quatre cents Irakiens ont été tués, dont quelque quatre mille civils, mille sept cents membres des forces de sécurité et autant d'insurgés.

    Le 5, plusieurs attentats causent la mort de cent...