Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

11-19 octobre 2006

Irak. Progression du sentiment d'échec chez les Alliés

Le 11, le Parlement irakien adopte le projet de loi créant un État fédéral, qui rend possible la réunion des actuelles provinces en régions autonomes dotées de pouvoirs étendus. La séance est boycottée par les partis de la coalition sunnite et par deux partis chiites, dont celui de l'imam radical Moqtada Al-Sadr. Les sunnites craignent la partition du pays en « États » communautaires, qui les cantonnerait dans une zone centrale dépourvue de ressources pétrolières. La loi ne doit pas s'appliquer avant dix-huit mois.

Le 12, l'hebdomadaire médical britannique The Lancet publie une étude qui évalue à six cent cinquante-cinq mille le nombre des civils victimes des violences dues à l'occupation militaire de l'Irak depuis mars 2003. L'estimation fournie par les autorités américaines s'élève à trente mille morts et celle du gouvernement irakien à cent vingt-huit mille morts.

Le 13, dans un entretien au Daily Mail, le général Richard Dannatt, chef d'état-major de l'armée britannique, affirme que la présence militaire étrangère en Irak exacerbe « les difficultés que nous rencontrons dans le monde », telles que le terrorisme. Il déclare que les militaires de la coalition ne sont pas populaires en Irak, révèle que la période qui a suivi leur arrivée dans le pays était insuffisamment planifiée et estime que l'ambition de mettre en place en Irak « une démocratie libérale, pro-occidentale et bénéfique pour la région » devra être « révisée à la baisse ». En conclusion, il souhaite que les soldats britanniques « se retirent bientôt » d'Irak, où cent dix-neuf d'entre eux ont été tués depuis mars 2003. À la suite de l'émotion suscitée par ces propos, le général Dannatt et le Premier ministre Tony Blair s'accordent pour affirmer que l'armée britannique quittera l'Irak « lorsque le travail sera fait ».

Le 15, réagissant au projet d'un État fédéral, les insurgés sunnites proches de l'organisation terroriste Al-Qaida annoncent, dans une vidéo diffusée par la chaîne qatarie Al-Jazira, la création, dans le « triangle sunnite » situé dans le centre du pays, d'un « État islamique d'Irak » dont le guide est le « cheikh Abou Omar Al-Baghdadi », jusqu'alors inconnu.

Le 19, alors que les violences redoublent dans la capitale irakienne, les autorités américaines reconnaissent implicitement l'échec de l'opération de sécurisation de Bagdad, lancée en août. Avec cent deux soldats tués, le mois d'octobre s'avère l'un des plus meurtriers pour l'armée américaine en Irak.

— Universalis

Événements précédents

  • 1er-27 septembre 2006 Irak. Menace de guerre civile

    Le 1er, le Pentagone publie un rapport selon lequel «les conditions qui pourraient mener à une guerre civile sont réunies en Irak», évoquant le «combat entre les extrémistes chiites et sunnites pour contrôler les secteurs clés de Bagdad et détourner les ressources économiques».

    Le 8, le Sénat...

  • 3-31 août 2006 Irak. Poursuite des violences meurtrières

    Le 3, le général John Abizaid, qui commande les forces américaines en Irak, déclare devant la Commission des armées du Sénat des États-Unis que le pays « peut sombrer dans la guerre civile si la violence sectaire à Bagdad n'est pas arrêtée ».

    Le 8, à Bagdad, le Premier ministre Nouri...

  • 1er-25 juillet 2006 Irak. Glissement du pays vers la guerre civile

    Le 1er, à Bagdad, un attentat à la voiture piégée, perpétré sur un marché du faubourg chiite de Sadr City, cause la mort d'au moins soixante-six personnes.

    Le 1er également, une parlementaire sunnite du Front national de la concorde est enlevée dans la capitale. L'alliance sunnite met en...

  • 8-25 juin 2006 Irak. Mort du chef terroriste Abou Moussab Al-Zarkaoui

    Le 8, les autorités irakiennes et américaines à Bagdad annoncent la mort, la veille, du chef d'Al-Qaida en Irak, le Jordanien Abou Moussab Al-Zarkaoui, tué lors d'un raid aérien américain sur Baaqouba, au nord de Bagdad. Le président des États-Unis George W. Bush se réjouit de l'élimination du terroriste,...

  • 7-31 mai 2006 Irak. Investiture du gouvernement de Nouri Al-Maliki

    Le 7, le Parlement de la région autonome du Kurdistan investit à l'unanimité le premier gouvernement kurde « unifié », dirigé par Nechirvan Barzani. Ce gouvernement comprend des membres du Parti démocratique du Kurdistan et de l'Union patriotique du Kurdistan, qui se partageaient jusque-là le contrôle...

  • 2-26 avril 2006 Irak. Nomination d'un nouveau Premier ministre

    Le 2, la secrétaire d'État américaine Condoleezza Rice et le ministre des Affaires étrangères britannique Jack Straw, en visite à Bagdad, font état de la montée de l'« impatience », « en Irak comme à l'extérieur du pays », face à l'incapacité du Premier ministre issu des élections de décembre 2005, Ibrahim...

  • 9-30 mars 2006 Irak. Fermeture de la prison d'Abou Ghraib et libérations d'otages

    Le 9, les forces américaines en Irak annoncent la fermeture de la prison d'Abou Ghraib, située à l'ouest de Bagdad, où des détenus irakiens avaient été l'objet de mauvais traitements et de tortures de la part de leurs gardiens américains. Les quelque quatre mille cinq cents détenus d'Abou Ghraib doivent...

  • 12-27 février 2006 Irak. Violences intercommunautaires

    Le 12, les chiites, vainqueurs des élections législatives de décembre 2005, choisissent le Premier ministre sortant, Ibrahim al-Jaafari, comme candidat à sa propre succession.

    Le 22, à Samarra, l'un des lieux saints de l'islam chiite, au nord-ouest de Bagdad, un attentat endommage gravement le mausolée...

  • 2-31 janvier 2006 Irak. Résultats des élections législatives

    Le 2, le gouvernement publie le bilan humain des violences dans le pays pour 2005: plus de sept mille quatre cents Irakiens ont été tués, dont quelque quatre mille civils, mille sept cents membres des forces de sécurité et autant d'insurgés.

    Le 5, plusieurs attentats causent la mort de cent...

  • 2-30 décembre 2005 Irak. Élections législatives

    Le 2, près de Fallouja, à l'ouest de Bagdad, dix soldats américains sont tués par l'explosion d'une bombe au passage de leur patrouille.

    Le 5, un ingénieur français employé de l'O.N.G. américaine Aaccess est enlevé à Bagdad.

    Le 6, quarante policiers irakiens sont tués à Bagdad...