5-25 juillet 2005Philippines. Procédure de destitution contre la présidente Gloria Macapagal Arroyo

 

Le 5, la présidente Gloria Macapagal Arroyo, affaiblie par une crise politique et accusée par l'opposition de fraude électorale lors de la présidentielle de mai 2004, se dit prête à se soumettre à une procédure de destitution. Le 27 juin, elle avait admis que son intervention auprès de la commission électorale – sans volonté, selon elle, de peser sur le cours du scrutin – constituait une « erreur de jugement ».

Le 8, dix ministres démissionnent et réclament le départ de la présidente Macapagal Arroyo. Le Parti libéral, un allié clé de la coalition présidentielle majoritaire au Parlement, annonce son intention de soutenir la procédure de destitution.

Le 13, des dizaines de milliers de manifestants défilent à Manille pour réclamer la démission de Gloria Macapagal Arroyo. La mobilisation populaire est toutefois inférieure à celle qui avait conduit aux départs des présidents Ferdinand Marcos en 1986 et Joseph Estrada en 2001. Tandis que l'armée reste neutre, la puissante Église catholique refuse de soutenir l'appel au départ du chef de l'État.

Le 19, Gloria Macapagal Arroyo annonce la création d'une commission d'enquête sur les accusations dont elle fait l'objet.

Le 25, tandis que des dizaines de milliers de personnes manifestent de nouveau dans la capitale, des élus de l'opposition lancent devant le Parlement une procédure de destitution contre la présidente Macapagal Arroyo.

—  Universalis



Tous les événements concernant :

Tous les événements :

Pour citer l’article

«  5-25 juillet 2005 - Philippines. Procédure de destitution contre la présidente Gloria Macapagal Arroyo », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 août 2021. URL : http://www.universalis.fr/evenement/5-25-juillet-2005-procedure-de-destitution-contre-la-presidente-gloria-macapagal-arroyo/