25 septembre - 1er octobre 2011France. Victoire de la gauche aux élections sénatoriales

 

Le 25, l'opposition de gauche devient majoritaire au Sénat à la faveur du renouvellement de la moitié des élus de la haute assemblée où elle détient désormais 177 sièges (+ 25) sur 348. La droite conserve 148 élus (— 12) et le centre 23 (— 6). La victoire de l'opposition fait suite à ses succès lors des élections municipales, cantonales et régionales précédentes, les sénateurs étant élus au suffrage indirect. Cette alternance de la majorité au Sénat est une première sous la Ve République. La gauche conquiert des sièges dans les départements suivants – en plus d'un siège de représentant des Français de l'étranger: Guadeloupe (2 sièges), Hauts-de-Seine, Indre-et-Loire, Isère, Loire, Loire-Atlantique, Lot-et-Garonne, Lozère, Maine-et-Loire, Mayotte, Morbihan (2 sièges), Nord, Oise, Paris, Pas-de-Calais, Puy-de-Dôme, Pyrénées-Atlantiques, Pyrénées-Orientales, La Réunion, Saint-Pierre-et-Miquelon, Val-de-Marne, Yvelines. La droite conquiert deux sièges, en Moselle et en Nouvelle-Calédonie.

Le 26, la ministre des Sports Chantal Jouanno, élue à Paris, présente sa démission du gouvernement. David Douillet, nommé en juin secrétaire d'État chargé des Français de l'étranger, lui succède; il est lui-même remplacé, le 28, par Édouard Courtial.

Le 1er octobre, le sénateur de l'Ariège Jean-Pierre Bel, chef du groupe socialiste au Sénat, est élu à la présidence de la haute assemblée par 179 voix contre 134 au président sortant Gérard Larcher (U.M.P.) et 29 à la candidate centriste Valérie Létard (Nouveau Centre).

—  Universalis



Tous les événements concernant :

Tous les événements :

Pour citer l’article

«  25 septembre - 1er octobre 2011 - France. Victoire de la gauche aux élections sénatoriales », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : http://www.universalis.fr/evenement/25-septembre-1er-octobre-2011-victoire-de-la-gauche-aux-elections-senatoriales/