2-16 mars 2022

Ukraine - France. Annonce d’un « plan de résilience » pour pallier les effets du conflit en Ukraine

Le 2, le président Emmanuel Macron prononce une allocution relative à l’intervention russe en Ukraine qui marque selon lui le « retour brutal du tragique dans l’histoire ». Il dénonce la « lecture révisionniste de l’histoire de l’Europe » et l’« esprit de revanche » du président russe Vladimir Poutine qui « a choisi la guerre ». Il défend son choix de « rester en contact […] autant que c’est nécessaire avec le président Poutine […] pour chercher sans relâche à le convaincre de renoncer aux armes et […] pour prévenir la contagion et l’élargissement du conflit ». Il indique que la France « prendra sa part » dans l’accueil des réfugiés ukrainiens et prévient que le conflit « aura des conséquences sur notre pouvoir d’achat ». En réaction à ce « changement d’époque », Emmanuel Macron présente des perspectives visant à renforcer la « souveraineté » européenne et l’« indépendance » du pays dans les secteurs économique et énergétique, mais aussi diplomatique et militaire.

Le 10, le gouvernement envoie une instruction aux préfets relative à l’octroi aux réfugiés ukrainiens d’une autorisation provisoire de séjour (APS), en application de la directive européenne de juillet 2001 sur la protection temporaire des personnes déplacées.

Le 12, le Premier ministre Jean Castex annonce une aide publique de 15 centimes d’euro par litre de carburant – portée à 18 centimes le 28 – à compter d’avril et pendant quatre mois.

Le 16, il détaille les mesures du « plan de résilience économique et sociale » destiné à compenser les effets du conflit en Ukraine pour les entreprises soumises à de fortes dépenses énergétiques ou dépendantes de matières premières importées de Russie. Des aides sont également prévues en faveur des pêcheurs, des agriculteurs et du secteur du bâtiment et des travaux publics.

— Universalis

Événements précédents