2-13 octobre 1987France. Boycott et obstruction du Front national au Parlement

 

Le 2, les députés du Front national n'assistent pas à la séance d'ouverture de la session d'automne à l'Assemblée nationale, afin d'éviter de s'associer à la minute de silence « à la mémoire de toutes les victimes du nazisme » que Jacques Chaban-Delmas invite ses collègues à observer en signe de protestation contre les déclarations de Jean-Marie Le Pen sur les chambres à gaz.

Le 9, l'examen, en séance de nuit à l'Assemblée nationale, du projet de loi sur la répression du trafic des stupéfiants est troublé par de graves incidents provoqués par une douzaine d'élus du Front national qui, prenant prétexte de l'absentéisme des députés de la majorité et profitant de leur présence majoritaire dans l'hémicycle, se livrent, pendant plusieurs heures, à une obstruction parlementaire systématique et spectaculaire, accompagnée de nombreuses violences verbales.

Les jours suivants, l'ensemble de la classe politique dénonce les excès commis par le Front national, mais, le 13, le bureau de l'Assemblée nationale, tout en condamnant moralement ces incidents, ne prend aucune sanction réglementaire à l'égard de leurs responsables.

—  Universalis



Tous les événements concernant :

Tous les événements :

Pour citer l’article

«  2-13 octobre 1987 - France. Boycott et obstruction du Front national au Parlement », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 juin 2021. URL : http://www.universalis.fr/evenement/2-13-octobre-1987-boycott-et-obstruction-du-front-national-au-parlement/