1er-9 décembre 1989Philippines. Échec d'une tentative de coup d'État

 

Le 1er, des militaires se soulèvent contre le régime de Corazon Aquino. La rébellion, dirigée par le colonel Gregorio Honasan, s'étend à plusieurs quartiers de Manille et à la province. Cette tentative de coup d'État, la sixième et la plus grave depuis l'accession au pouvoir de Cory Aquino en 1986, survient dans un contexte économique et politique difficile : l'inflation a atteint près de 14 p. 100 en octobre et la cote de popularité de la présidente est au plus bas, en raison de l'inefficacité de son gouvernement et de la corruption de son entourage. Les forces loyales à la présidente obtiennent de George Bush l'assistance de l'aviation américaine, tandis que le Département d'État fait savoir que toute aide aux Philippines serait suspendue si le gouvernement élu était renversé.

Le 4, après trois jours de combats meurtriers, une partie des forces rebelles s'est rendue, mais plusieurs centaines de mutins retranchés dans le quartier des affaires de Manille retiennent encore en otages des touristes étrangers dans les hôtels.

Le 6, Corazon Aquino proclame l'état d'urgence pour faire face à la rébellion, alors que les mutins négocient l'évacuation des touristes et précisent leurs exigences politiques.

Le 7, la plupart des rebelles cessent le combat et décident de réintégrer leurs casernes. Les derniers insurgés se rendent le 9. Cette tentative de putsch a fait cent dix-neuf morts et quelque cinq cents blessés.

—  Universalis



Tous les événements concernant :

Tous les événements :

Pour citer l’article

«  1er-9 décembre 1989 - Philippines. Échec d'une tentative de coup d'État », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/evenement/1er-9-decembre-1989-echec-d-une-tentative-de-coup-d-etat/