17 septembre 2002Japon – Corée du Nord. Visite de Junichiro Koizumi à Pyongyang

 

Le Premier ministre japonais, Junichiro Koizumi, effectue la première visite d'un dirigeant nippon à Pyongyang, dont Tōkyō ne reconnaît pas officiellement le régime. Il signe avec le président Kim Jong-il un accord qui prévoit la reprise des négociations en vue de la normalisation des relations entre les deux pays. Pyongyang s'engage à respecter l'accord américano - nord-coréen d'octobre 1994 relatif à la suspension de son programme nucléaire, en échange de la fourniture de centrales à eau légère, et à prolonger au-delà de 2003 le moratoire sur les essais de missiles balistiques. Par ailleurs, Kim Jong-il reconnaît la responsabilité de son pays dans l'enlèvement de onze Japonais dans les années 1970-1980, qu'il qualifie d'« agissements excessifs ». Ces révélations suscitent une vive émotion au Japon. Il présente également ses « profondes excuses » pour les incursions de navires nord-coréens dans les eaux territoriales japonaises. Pour sa part, Junichiro Koizumi présente par écrit les excuses de son pays pour l'occupation de la péninsule coréenne entre 1910 et 1945. Le montant des réparations de guerre doit être fixé ultérieurement.

—  Universalis



Tous les événements concernant :

Tous les événements :

Pour citer l’article

«  17 septembre 2002 - Japon – Corée du Nord. Visite de Junichiro Koizumi à Pyongyang », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 avril 2021. URL : http://www.universalis.fr/evenement/17-septembre-2002-japon-coree-du-nord-visite-de-junichiro-koizumi-a-pyongyang/