16 février 1994Grèce – Macédoine. Blocus d'Athènes contre Skopje

 

Athènes décide de fermer son consulat général à Skopje et d'interdire tout approvisionnement de l'ancienne république yougoslave de Macédoine à partir de son territoire. Cette dernière mesure est particulièrement préjudiciable pour la Macédoine, État enclavé dont les trois quarts des échanges transitent par le port grec de Thessalonique. Indépendante depuis septembre 1991, admise à l'O.N.U. en avril 1993, reconnue par six États européens en décembre de la même année, puis par les États-Unis en janvier 1994 et par la Russie en février, l'ancienne République yougoslave se voit reprocher par la Grèce d'usurper un nom et un drapeau appartenant à l'héritage hellénique et de disposer d'une Constitution d'inspiration « irrédentiste ». Les négociations entre les deux pays, engagées en avril 1993 sous l'égide de l'O.N.U., avaient été rompues par le Premier ministre socialiste grec Andréas Papandréou dès son retour au pouvoir, en octobre. Ce blocus, décrété par la Grèce alors que celle-ci préside l'Union européenne, est dénoncé par ses onze partenaires qui avaient déjà critiqué la décision d'Athènes de se dissocier de l'ultimatum adressé par l'O.T.A.N. aux Serbes de Bosnie le 9.

—  Universalis



Tous les événements concernant :

Tous les événements :

Pour citer l’article

«  16 février 1994 - Grèce – Macédoine. Blocus d'Athènes contre Skopje », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 février 2021. URL : http://www.universalis.fr/evenement/16-fevrier-1994-blocus-d-athenes-contre-skopje/