Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

16-31 octobre 2011

Libye. Chute de Syrte, mort du colonel Kadhafi et fin de la guerre

Le 16, les combattants rebelles entrent dans Bani Walid, au sud de Tripoli, l'un des derniers bastions kadhafistes avec Syrte.

Le 20, au terme d'un siège de plus d'un mois, les rebelles pénètrent dans Syrte détruite par les bombardements. Le convoi à bord duquel le colonel Kadhafi tentait de fuir est touché par une frappe de l'O.T.A.N. Capturé vivant par les rebelles, le Guide déchu est tué dans des circonstances obscures. L'annonce de sa mort est accueillie dans la liesse en Libye, et saluée par la communauté internationale. Un des fils du colonel Kadhafi, Moatassem, est également tué.

Le 21, l'O.T.A.N. indique ne pas avoir intentionnellement ciblé le convoi dans lequel se trouvait le colonel Kadhafi. Il a été attaqué car il transportait d'importantes quantités d'armes et de munitions, constituant « une menace significative pour la population civile locale ».

Le 23, le Conseil national de transition (C.N.T.) proclame la « libération » du pays ainsi que la fin du conflit engagé depuis février, dont le bilan s'élève à quelque trente mille morts. Son vice-président Abdel Hafez Ghoga annonce que la constitution d'une « armée nationale » sera l'une des priorités du nouveau gouvernement, alors que la profusion des armes détenues par les brigades civiles incontrôlables suscite l'inquiétude. Le président du C.N.T., Mustafa Abdeljalil, affirme que la charia sera la principale source de la nouvelle Constitution, laquelle doit être rédigée dans un délai de huit mois, avant la tenue d'élections générales, prévue un an plus tard.

Le 23 également, la foule se presse pour voir les corps de Mu'ammar al-Kadhafi, de son fils Moatassem et du ministre de la Défense Abou Bakr Younès – tué également le 20 à Syrte –, qui sont exposés dans la chambre froide d'un marché de Misrata. Les conclusions de l'autopsie, publiées par le C.N.T., indiquent que le colonel Kadhafi a été tué par balles dans un tir croisé entre rebelles et loyalistes. Toutefois, les versions sur les circonstances de sa mort divergent.

Le 24, l'organisation Human Rights Watch appelle le C.N.T. à ouvrir une enquête sur l'exécution sommaire d'une cinquantaine de partisans du colonel Kadhafi, dont les corps ont été découverts à Syrte.

Le 25, Mu'ammar al-Kadhafi est enterré dans le désert, dans un lieu gardé secret, sur ordre du C.N.T.

Le 27, le Conseil de sécurité de l'O.N.U. adopte à l'unanimité une résolution devant mettre fin, d'ici au 31, à la mission de l'O.T.A.N. en Libye.

Le 31, le C.N.T. désigne l'universitaire Abdel Rahim Al-Kib Premier ministre intérimaire; il est chargé d'organiser l'élection d'une Assemblée constituante.

— Universalis

Événements précédents

  • 1er-26 septembre 2011 Libye. Avancée de la rébellion

    Le 1er se tient à Paris la Conférence internationale pour le soutien à la Libye, à l'appel du président français Nicolas Sarkozy et du Premier ministre britannique David Cameron, en présence de Mustafa Abdeljalil, président du Conseil national de transition libyen (C.N.T.), et de plus de soixante dirigeants...

  • 8-29 août 2011 Libye. Chute de Tripoli

    Le 8, le Conseil national de transition (C.N.T.), organe politique de la rébellion contre le régime du colonel Kadhafi, annonce le limogeage de son bureau exécutif, c'est-à-dire de son gouvernement. Officiellement justifiée par des « erreurs administratives », cette décision intervient à la suite de...

  • 12 juillet 2011 France - Libye. Approbation de la poursuite des opérations militaires en Libye

    Le 12, l'Assemblée nationale approuve à une très large majorité la poursuite de l'intervention des forces armées françaises en Libye engagée depuis mars: 482 députés sur 516 votants, parmi lesquels des élus de la majorité, des socialistes et des écologistes, contre 27 élus communistes et du Parti de...

  • 3-28 juillet 2011 Libye. Reconnaissance de la rébellion et assassinat de son chef militaire

    Le 3, la Turquie, seul pays musulman de l'O.T.A.N., reconnaît la légitimité du Conseil national de transition (C.N.T.) libyen, organe politique de la rébellion contre le régime du colonel Kadhafi. La veille, le gouvernement turc avait décidé d'appliquer les sanctions adoptées en février par l'O.N.U....

  • 1er-30 juin 2011 Libye. Nouvelle escalade des opérations militaires occidentales

    Le 1er, l'O.T.A.N. décide de prolonger de trois mois sa mission dans le pays, engagée en mars.

    Le 1er également, la défection du président de la compagnie nationale de pétrole s'ajoute à celle du ministre des Affaires africaines, doyen des diplomates libyens, en avril, et du gouverneur de la Banque...

  • 1er-27 mai 2011 Libye. Intensification de l'opération militaire de l'O.T.A.N

    Le 1er, le gouvernement libyen annonce la mort de Saïf al-Arab Kadhafi, l'un des fils du Guide, et de ses trois enfants, lors d'un bombardement de l'O.T.A.N. sur Tripoli.

    Le 5, le groupe de contact sur la Libye, réuni à Rome, entérine l'intensification des frappes aériennes de l'O.T.A.N....

  • 4-25 avril 2011 Libye. Persistance des combats

    Le 4, alors que les combats entre forces loyalistes et insurgés se poursuivent entre les villes de Brega et d'Ajdabiya, les États-Unis annoncent le retrait de leurs avions de combat engagés dans l'opération militaire menée par la coalition internationale dans le but de protéger les civils....

  • 2-31 mars 2011 Libye. Intervention militaire d'une coalition occidentale

    Le 2, les forces loyales au colonel Mu'ammar al-Kadhafi reprennent l'offensive contre les insurgés qui, en février, ont pris le contrôle de l'est du pays. Le Guide menace les Occidentaux d'un « nouveau Vietnam » s'ils décident d'intervenir. De leur côté, les insurgés appellent l'O.N.U. à autoriser des...

  • 16-25 février 2011 Libye. Insurrection contre le régime du colonel Kadhafi

    Le 16, la police disperse brutalement des opposants au régime du colonel Mu’ammar al-Kadhafi qui organisaient un sit-in à Benghazi, deuxième ville du pays, pour protester contre l'arrestation d'un avocat militant des droits de l'homme.

    Le 17, les manifestations organisées dans le...

  • 10-13 juin 2010 Suisse - Libye. Normalisation des relations diplomatiques

    Le 10, l'homme d'affaires suisse Max Göldi, retenu en Libye depuis le déclenchement de la crise diplomatique entre les deux pays provoquée par l'arrestation à Genève, en juillet 2008, d'un des fils du colonel Muammar Kadhafi, est libéré. Un premier homme d'affaires suisse, Rachid Hamdani, retenu dans...