14-28 novembre 1991Libye – États-Unis – Royaume-Uni – France. Mise en cause de Tripoli dans deux attentats aériens

 

Le 14, les autorités judiciaires américaines et britanniques annoncent l'inculpation de deux agents des services de renseignements libyens pour leur participation à l'attentat contre un Boeing-747 de la Pan Am, le 21 décembre 1988, au-dessus de la ville écossaise de Lockerbie, qui avait fait deux cent soixante-dix morts. Les milieux officiels américains dénoncent l'implication de l'État libyen et envisagent des mesures de rétorsion contre Tripoli.

Le 15, François Mitterrand estime que la responsabilité libyenne est engagée dans les attentats contre le Boeing de la Pan Am, mais aussi dans celui qui a détruit un DC-10 d'U.T.A., le 19 septembre 1989, au-dessus du Sahara, provoquant la mort de cent soixante-dix personnes. Il affirme que cela pourrait entraîner « un certain nombre de conséquences ». Le juge Jean-Louis Bruguière, chargé de l'instruction du dossier de l'attentat contre le DC-10 d'U.T.A., avait en effet lancé, le 30 octobre, des mandats d'arrêt internationaux contre quatre agents libyens.

Le 28, alors que les pressions occidentales s'accentuent, le colonel Muammar Kadhafi propose de s'en remettre à la Cour internationale d'arbitrage de l'O.N.U.

—  Universalis



Tous les événements concernant :

Tous les événements :

Pour citer l’article

«  14-28 novembre 1991 - Libye – États-Unis – Royaume-Uni – France. Mise en cause de Tripoli dans deux attentats aériens », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 juin 2021. URL : http://www.universalis.fr/evenement/14-28-novembre-1991-libye-etats-unis-royaume-uni-france-mise-en-cause-de-tripoli-dans-deux-attentats-aeriens/