Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

8-15 novembre 1991

France. Conflits sociaux chez Renault

Le 8, après la signature par la C.G.T. et la C.F.D.T. d'un protocole d'accord salarial et malgré l'opposition des grévistes, minoritaires dans l'entreprise, le travail reprend à l'usine Renault de Cléon (Seine-Maritime), paralysée depuis le 17 octobre. Fabriquant des moteurs et des boîtes de vitesses, l'arrêt de sa production avait très rapidement mis au chômage technique d'autres unités du constructeur français, provoqué des déclarations irritées de plusieurs ministres et des protestations contre la C.G.T., à l'origine du conflit, avant d'entraîner l'intervention, le 5, des forces de l'ordre, pour rétablir la liberté du travail dans l'usine bloquée par les grévistes.

Le 15, le travail reprend à l'usine Renault du Mans, également paralysée par une grève depuis onze jours. Un accord salarial met ainsi fin à ce nouveau conflit, qui illustre la fragilité d'un système de fabrication où les stocks sont réduits au minimum.

— Universalis

Événements précédents