12-31 janvier 1987Liban. Prise en otage de treize étrangers en deux semaines à Beyrouth-Ouest

 

Le 12, un ressortissant saoudien, qui travaillait à la section culturelle de l'ambassade, est enlevé à Beyrouth-Ouest.

Le 13, Roger Auque, un journaliste français qui assurait des correspondances pour R.T.L., La Croix et l'agence photographique Gamma, est enlevé à Beyrouth-Ouest. Il venait de « couvrir » l'arrivée dans la capitale libanaise de Terry Waite, l'émissaire britannique de l'Église anglicane, qui s'efforce d'obtenir la libération d'otages occidentaux. Cinq autres Français sont retenus en otages au Liban : Marcel Carton et Marcel Fontaine, depuis le 22 mars 1985 ; Jean-Paul Kauffmann et Michel Seurat, depuis le 22 mai 1985 ; Jean-Louis Normandin, depuis le 8 mars 1986.

Le 13 également, un chiite libanais est arrêté à l'aéroport de Francfort (R.F.A.) : neuf litres d'explosif liquide sont découverts dans ses bagages. Mohamed Ali Hamadei est d'autre part soupçonné d'avoir participé au détournement sur Beyrouth d'un Boeing de la T.W.A. en juin 1985. Un plongeur de la marine américaine ayant été tué au cours de ce détournement, les États-Unis demandent à la R.F.A. l'extradition d'Hamadei.

Le 17, Rudolf Cordes, représentant de la firme chimique Hoechst, puis, dans la nuit du 20 au 21, Alfred Schmidt, technicien du groupe Siemens, sont enlevés à Beyrouth-Ouest. Pour les ravisseurs, ces deux ressortissants ouest-allemands pourraient servir de monnaie d'échange pour la libération d'Hamadei.

Le 20, Terry Waite quitte son hôtel de Beyrouth-Ouest entouré par ses gardes du corps druzes. Mais, peu après, il renvoie son escorte pour accompagner un mystérieux envoyé. Les jours suivants, il ne reparaît pas, ce qui semble prouver qu'il a été enlevé à son tour.

Le 23, deux hommes paraissant être des étrangers sont enlevés dans un quartier commerçant de Beyrouth-Ouest. Bien que certaines sources aient affirmé qu'il s'agissait d'Allemands, leur nationalité reste imprécise.

Le 24, trois enseignants américains et un indien sont enlevés sur le campus de l'université américaine de Beyrouth. Ces enlèvements sont revendiqués, le 28, par une organisation inconnue jusqu'alors, le Djihad islamique pour la libération de la Palestine (D.I.L.P.), qui menace d'exécuter les quatre otages en cas d'agression contre le Liban, au moment où on apprend qu'un important renforcement de la présence militaire de la marine américaine a lieu en Méditerranée orientale.

Le 26, deux jeunes gens blonds sont enlevés dans un magasin de Beyrouth-Ouest, mais, en l'absence de toute revendication, leur nationalité reste imprécise. Cependant, plusieurs pays, dont la France, les États-Unis, la Grande-Bretagne et la R.F.A., exigent que leurs ressortissants quittent Beyrouth-Ouest.

Le 26 également, Abbas Hamadei est arrêté à l'aéroport de Francfort, comme l'avait été son frère le 13. Abbas Hamadei, qui arrivait de Beyrouth, possède la nationalité allemande grâce à son mariage avec une Allemande de l'Ouest.

Le 31, le D.I.L.P. menace de tuer ses quatre otages s'il n'obtient pas la libération de quatre cents « combattants de l'islam » prisonniers en Israël.

—  Universalis



Tous les événements concernant :

Tous les événements :

Pour citer l’article

«  12-31 janvier 1987 - Liban. Prise en otage de treize étrangers en deux semaines à Beyrouth-Ouest », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/evenement/12-31-janvier-1987-prise-en-otage-de-treize-etrangers-en-deux-semaines-a-beyrouth-ouest/