KODÁLY ZOLTÁN (1882-1967)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Enfance et jeunesse

Deuxième enfant et fils aîné de Frigyes Kodály, fonctionnaire des Chemins de fer hongrois, et de Paula Jaloveczky, Zoltán Kodály naît à Kecskemét (Hongrie centrale) le 16 décembre 1882. Son père, violoniste amateur et mélomane, occupe successivement des postes de chef de gare à Szob, à Galánta (aujourd'hui en Slovaquie), puis à Nagyszombat (aujourd'hui, Trnava, en Slovaquie). L'enfant chante avant de parler et fait ses classes primaires à Galánta, bourgade célèbre par ses Tsiganes et leurs traditions musicales. En 1892, il entre au lycée archi-épiscopal de Nagyszombat, ville au grand passé historique et culturel : il y fait de brillantes études, et commence, seul, à jouer du violon et du violoncelle. Il se met à composer et dévore les partitions qu'il trouve dans les fonds musicaux de la cathédrale, apprend par cœur les œuvres pour piano de Beethoven sans toucher le clavier, se rend plusieurs fois à Pozsony (Bratislava) pour assister aux concerts. Il visite en 1896 l'Exposition de la Hongrie millénaire à Budapest, où un tableau attire son attention ; celui-ci retrace les pérégrinations d'une ballade populaire hongroise recueillie par Béla Vikár, promoteur de l'ethnomusicologie en Hongrie, le premier en Europe à avoir employé le phonographe dans ses recherches folkloriques.

Bachelier en 1900, Kodály s'installe définitivement à Budapest ; il s'inscrit à la faculté des lettres et est admis au collège Eötvös (équivalent de l'École normale supérieure de Paris) ; en même temps, il est élève de Hans Koessler, pour la composition, à l'Académie de musique de Budapest. Partageant le même goût pour la musique vocale, maître allemand et disciple hongrois s'entendent bien. Au collège Eötvös, Kodály se distingue par des compositions de circonstance ; il écrit son premier chœur en 1904. En 1905, il obtient le diplôme de professeur de langue et littérature hongroises et allemandes. La même année, il se lance dans des investigations folkloriques et sa première enquête le mène dans la région de Galánta ; il fait la connaissanc [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Zoltán Kodály

Zoltán Kodály
Crédits : Erich Auerbach/ Getty Images

photographie

Antal Dorati

Antal Dorati
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur honoraire à l'Institut national des langues et civilisations orientales, administrateur de l'Association pour le développement des études finno-ougriennes, président du comité français Béla Bartók, compositeur, musicologue, ethnologue

Classification

Autres références

«  KODÁLY ZOLTÁN (1882-1967)  » est également traité dans :

BARTÓK BÉLA

  • Écrit par 
  • Jean GERGELY
  •  • 7 836 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « National ou universel ? »  : […] « Pour devenir une nation, il faut maintes et maintes fois redevenir peuple », a écrit Kodály trois ans avant la déclaration pré-structuraliste de Bartók dont il a été question plus haut. Deux affirmations qui se complètent bien. Celles de Kodály dit qu'il faut d'abord être populaire pour arriver au concept d'une culture nationale. Elle ne dit pas, mais cela s'ensuit logiquement, qu'il faut être […] Lire la suite

DIAPASON

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY
  •  • 2 752 mots

Dans le chapitre « La double nomenclature »  : […] Lorsque, au xi e  siècle, Gui d'Arezzo inventa les syllabes ut, ré, mi , etc., ce ne fut pas pour remplacer les noms alphabétiques des notes A, B, C, etc., qui existaient depuis deux siècles environ, mais bien pour les compléter selon des conventions très différentes de l'emploi actuel des mêmes syllabes. Celles-ci avaient pour objet de suggérer les intervalles en les dissociant des touches du cla […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnomusicologie

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques NATTIEZ
  •  • 6 976 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'ethnomusicologie en Europe : Bartók et Brăiloiu »  : […] En Europe centrale aussi, les ethnomusicologues sont descendus sur le terrain. La collecte et la transcription de corpus propres à une aire culturelle donnée y sont intensives, mais pour des raisons fort différentes. Dès l'apparition du groupe des Cinq, notamment avec Mili Balakirev, il s'agit de préserver les sources musicales nationales. Parce qu'ils recueillent la musique paysanne et populair […] Lire la suite

FOLKLORIQUE HONGROISE ÉCOLE

  • Écrit par 
  • François VIEILLESCAZES
  •  • 1 044 mots
  •  • 2 médias

En 1889, au moment de la fondation de la Société hongroise d'ethnologie (Magyar Néprajzi Társaság), qui commence en 1890 la publication de la revue Ethnographia, l'école folklorique hongroise est installée à Budapest. L'importance et la richesse du folklore hongrois en ethnologie avaient déjà été soulignées par le linguiste Miklós Révai dès 1782, dans un article du Courrier hongrois ( Magyar Hir […] Lire la suite

MUSIQUES SAVANTES ET MUSIQUES POPULAIRES

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 6 364 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Bartók et Kodály, ou la naissance de l'ethnomusicologie »  : […] L'entreprise de Béla Bartók et de Zoltán Kodály dans le domaine de la collecte des mélodies populaires est unique. Le résultat de leur travail sur la musique traditionnelle roumaine est l'une des plus grandes réalisations de notre temps : en passant dans les villages roumains, ils ont collecté 2 400 mélodies folkloriques, chacune dans deux ou trois variantes, ce qui fait un total de plus de 6 00 […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean GERGELY, « KODÁLY ZOLTÁN - (1882-1967) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/zoltan-kodaly/