Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

KODÁLY ZOLTÁN (1882-1967)

Zoltán Kodály

Zoltán Kodály

« En tant que compositeur, Kodály se situe parmi les meilleurs de notre temps [...] son art et le mien, bien qu'ils soient issus de la même source, sont fondamentalement différents [...]. Mais cette différence [...] traduit une pensée musicale totalement nouvelle et originale [...]. Si je lui porte une si haute estime, ce n'est pas parce qu'il est mon ami, mais à l'inverse il est devenu mon ami parce qu'il est le meilleur des musiciens hongrois. Le fait que cette amitié ait été plus profitable pour moi que pour Kodály ne prouve, une fois de plus, que ses qualités humaines et son désintéressement... » Voilà ce qu'écrivait Béla Bartók en 1921, au moment même où Kodály avait quelques démêlés avec les autorités de la Hongrie contre-révolutionnaire.

L'amitié de ces deux hommes est à la source du grand épanouissement de la musique hongroise du xxe siècle. Le souci de retrouver les bases solides d'un « style national », que la musique hongroise avait déjà connu d'une certaine façon au xixe siècle, les avait réunis en 1905, alors que ces bases étaient en voie de disparition. Au cours de leurs recherches, les deux maîtres ont découvert les traditions orales de la classe paysanne hongroise et n'ont pas tardé à en tirer toute la richesse artistique, scientifique et didactique, chacun à sa manière.

Au début du xxe siècle, les seules bases réelles et intégrales du langage musical hongrois se trouvaient enfouies dans le folklore. « Pour former une nation, il faut d'abord redevenir peuple », affirmera Kodály plus tard dans son ouvrage sur la musique populaire hongroise. Il ne s'agissait pas pour Kodály, ni pour Bartók, d'un « folklorisme » (terme souvent péjoratif dans le vocabulaire des théoriciens occidentaux) aprioriste et unilatéral, mais de l'intégration de la musique hongroise, avec tous ses caractères spécifiques, dans la culture européenne, comme une composante à part égale. Pour cela, il fallait mettre en relief son héritage historique, mais aussi l'« habiller » et l'intégrer dans la musique européenne du passé (le présent soulevait moins de difficultés, les éléments « périphériques » ou « exotiques » n'étant pas rares alors dans la musique occidentale). Kodály estime qu'un art national majeur ne peut s'édifier que sur la base du « passé intégral » ; c'est pourquoi il se tourne vers le passé hongrois, le fait revivre dans sa musique, le recrée même, là où c'est nécessaire, d'où son historicité, son hungarocentrisme, son conservatisme. À l'opposé, Bartók s'oriente vers l'avant-garde et vise à la fraternité entre les peuples ; son évolution artistique traduit une aspiration vers une synthèse à laquelle il n'arrivera que relativement tard. Quoi qu'il en soit, Bartók et Kodály sont profondément liés à la civilisation de leur pays et, dans leurs musiques, l'apport folklorique reste omniprésent, mais ne s'exprime pas de la même façon. Chez Bartók, les procédés de la musique populaire représentent une force motrice permanente ; chez Kodály, ils agissent dans le sens de la stabilité. Pour ce dernier, la synthèse est atteinte à l'âge de vingt-six ans et, à partir de ce moment-là, si son langage continue de s'enrichir, son style ne change plus.

Enfance et jeunesse

Deuxième enfant et fils aîné de Frigyes Kodály, fonctionnaire des Chemins de fer hongrois, et de Paula Jaloveczky, Zoltán Kodály naît à Kecskemét (Hongrie centrale) le 16 décembre 1882. Son père, violoniste amateur et mélomane, occupe successivement des postes de chef de gare à Szob, à Galánta (aujourd'hui en Slovaquie), puis à Nagyszombat (aujourd'hui, Trnava, en Slovaquie). L'enfant chante avant de parler et fait ses classes primaires à Galánta, bourgade célèbre par ses Tsiganes et leurs[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur ès lettres, professeur honoraire à l'Institut national des langues et civilisations orientales, administrateur de l'Association pour le développement des études finno-ougriennes, président du comité français Béla Bartók, compositeur, musicologue, ethnologue

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Zoltán Kodály

Zoltán Kodály

Antal Dorati

Antal Dorati

Autres références

  • BARTÓK BÉLA

    • Écrit par Jean GERGELY
    • 7 809 mots
    • 2 médias
    ...enquêtes systématiques sur le folklore hongrois. En 1906 paraît un cahier de vingt mélodies populaires pour chant et piano, harmonisées par Bartók et Kodály. Les enquêtes folkloriques enregistrées sur phonographe se poursuivent dans la grande plaine hongroise, non loin de sa ville natale. En octobre,...
  • DIAPASON

    • Écrit par Jacques CHAILLEY
    • 2 736 mots
    ...par John Curwen. Elle reste cependant trop sommaire pour rendre service au-delà de l'éducation élémentaire. Ce système a été perfectionné vers 1940 par Kodály et se trouve à la base de l'éducation chorale en Hongrie. Plus compliqué que le système anglais, il est aussi plus efficace et particulièrement...
  • ETHNOLOGIE - Ethnomusicologie

    • Écrit par Jean-Jacques NATTIEZ
    • 6 989 mots
    • 2 médias
    ...de pays où il existe, par ailleurs, une musique dite savante, ces chercheurs sont identifiés comme des folkloristes. Deux noms dominent : Bartók et Kodaly. On aurait pu craindre que le travail ethnomusicologique du compositeur Bartók soit « intéressé » et qu'il lui fournisse un matériau musical où...
  • FOLKLORIQUE HONGROISE ÉCOLE

    • Écrit par François VIEILLESCAZES
    • 1 038 mots
    • 2 médias

    En 1889, au moment de la fondation de la Société hongroise d'ethnologie (Magyar Néprajzi Társaság), qui commence en 1890 la publication de la revue Ethnographia, l'école folklorique hongroise est installée à Budapest. L'importance et la richesse du folklore hongrois en...

Voir aussi