ZINOVIEV GRIGORI EVSEÏEVITCH RADOMYLSKI dit (1883-1936)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Zinoviev

Zinoviev
Crédits : Hulton Getty

photographie

Congrès des peuples d'Orient (Bakou, 1920)

Congrès des peuples d'Orient (Bakou, 1920)
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie


Autodidacte, Zinoviev commence par militer dans les cercles d'éducation politique du sud de la Russie. En 1902, il se rend à l'étranger, où il rencontre Plekhanov et Lénine. Bolchevik dès 1903, il milite dans le sud de la Russie. En mars 1906, il regagne Saint-Pétersbourg, où il est membre du comité du parti. L'une de ses principales activités est d'ordre journalistique : il dirige la plupart des publications bolcheviques ou y collabore. Délégué au Congrès de Londres en 1907, il est élu au comité central et y siégera jusqu'en 1927. Après avoir été arrêté en 1908, il rejoint Lénine à Genève, devient son bras droit, le suit à Paris, puis à Cracovie en 1912. Leur collaboration se resserre pendant la guerre. L'un des organisateurs de la gauche de Zimmerwald, Zinoviev publie en 1915 avec Lénine Contre le courant. Rentré en Russie dans le « wagon plombé » le 3 avril 1917, il garde le silence lors de la discussion sur les « thèses d'avril » de Lénine. Accusé d'espionnage au profit de l'Allemagne par le gouvernement provisoire en juillet, il doit se cacher. En octobre, il vote avec Kamenev contre le passage immédiat à l'insurrection. Lénine réclame son exclusion, Staline prend sa défense. Après la prise du pouvoir, il est, avec Kamenev, favorable à un gouvernement de coalition avec les mencheviks et les socialistes-révolutionnaires, contre Lénine. Élu en décembre 1917 président du soviet de Petrograd, Zinoviev tient fermement en main cette organisation du parti, la plus importante du pays. En 1919, lors du congrès constitutif de l'Internationale communiste, il est nommé président de son comité exécutif, poste clé qu'il conserve jusqu'en 1927. À ce titre, il organise et préside le Congrès des peuples d'Orient à Bakou (1930) et rédige les conditions d'admission à l'Internationale. Mais sa responsabilité est grandement engagée dans le cours aventuriste et putschiste suivi par le Komintern en Allemagne. Dès la fin de 1922, la maladie de Lénine pose [...]

Zinoviev

Zinoviev

Photographie

Grigori Evseïevitch Radomylski, dit Zinoviev (1883-1936), accusé avec Trotski (1879-1940) et Kamenev (1883-1936) d'avoir fomenté un complot contre Staline (1879-1953), fut exécuté. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Congrès des peuples d'Orient (Bakou, 1920)

Congrès des peuples d'Orient (Bakou, 1920)

Photographie

Au congrès des peuples d'Orient à Bakou, en 1920, les représentants de la IIIe Internationale incitent les peuples colonisés à la révolte contre leurs métropoles. Parmi les délégués, l'écrivain américain John Reed, en costume noir au premier rang, et le Soviétique Zinoviev, troisième... 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ZINOVIEV GRIGORI EVSEÏEVITCH RADOMYLSKI dit (1883-1936)  » est également traité dans :

BOLCHEVISME

  • Écrit par 
  • Georges HAUPT
  •  • 7 566 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le bolchevisme au pouvoir »  : […] La révolution de 1917 marqua le grand tournant de l'histoire du bolchevisme. Et d'abord, elle le fit connaître, aussi bien en Russie que dans le monde entier. Pour les masses populaires russes soulevées, le mot de bolchevisme « prend la valeur d'un drapeau, d'un emblème [...]. Au mot de « bolchevisme » on associe une notion de force, au mot de « m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bolchevisme/#i_4957

KAMENEV LEV BORISSOVITCH ROSENFELD dit (1883-1936)

  • Écrit par 
  • Georges HAUPT
  •  • 705 mots
  •  • 1 média

C'est dans le mouvement étudiant révolutionnaire à Moscou que Kamenev, fils d'un ancien mécanicien devenu ingénieur, commence à militer. Arrêté, il doit regagner Tiflis avant de se rendre à Paris, puis à Genève où il adhère au groupe de l' Iskra . Bolchevik dès 1903, révolutionnaire professionnel, il remplit des missions clandestines en Russie et c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kamenev/#i_4957

KUN BÉLA (1886-1939)

  • Écrit par 
  • Dominique GROS
  •  • 1 470 mots
  •  • 1 média

Fondateur du Parti communiste hongrois. Le père de Béla Kun est un petit employé communal d'origine juive, non pratiquant, très attaché à la tradition radicale et nationaliste de Kossuth. Après avoir fait du journalisme, Kun accède à la direction de la Société ouvrière d'assurances de Kolozsvár et fonde une coopérative ouvrière de construction. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bela-kun/#i_4957

LÉNINE (1870-1924)

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 6 879 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Le stratège de la prise du pouvoir »  : […] Après la victoire de la révolution de février 1917 et le renversement du tsarisme, auxquels aucun dirigeant bolchevique d'envergure n'a pris part, tous étant soit en exil, soit à l'étranger, Lénine, contre l'avis de l'immense majorité des dirigeants bolcheviques, prend d'emblée des positions extrêmes. Il prédit la faillite rapide de la politique d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lenine/#i_4957

RÉVOLUTION RUSSE

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 7 712 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Octobre 1917 : révolution ou coup d'État ?  »  : […] Depuis près de quatre-vingts ans, la prise du pouvoir par les bolcheviks, le 25 octobre 1917, fait l'objet d'interprétations radicalement différentes. Pour une école d'historiens, que l'on peut qualifier de « libérale » (Richard Pipes, Martin Malia), les événements d'octobre 1917 n'ont été qu'un coup d'État perpétré par un groupuscule minoritaire, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-russe/#i_4957

STALINE JOSEPH VISSARIONOVITCH DJOUGACHVILI dit (1879-1953)

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 6 453 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le « meilleur disciple de Lénine » »  : […] Dans les luttes de succession qui s'ouvrent dès la disparition de Lénine (21 janvier 1924), Staline montre infiniment plus de volonté et de sens tactique que ses adversaires. Il joue à la perfection les uns contre les autres, s'alliant d'abord avec Zinoviev et Kamenev pour éliminer du jeu politique son adversaire le plus dangereux, Trotski. Une fo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/staline/#i_4957

U.R.S.S. - Histoire

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 22 667 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre « Socialisme et terreur (1934-1939) »  : […] Le 26 janvier 1934 s'ouvre le XVII e  congrès du parti, chargé de dresser le bilan du Grand Tournant. Plus encore que les précédents, ce congrès marque le triomphe de Staline. Le bureau politique, d'où les derniers opposants à la ligne stalinienne ont été écartés, est domestiqué ; les anciens opposants ralliés célèbrent unanimement la construction […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/u-r-s-s/#i_4957

Pour citer l’article

Claudie WEILL, « ZINOVIEV GRIGORI EVSEÏEVITCH RADOMYLSKI dit (1883-1936) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/zinoviev/