Z, film de Constantin Costa-Gavras

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Film policier

Film politique, Z emprunte sa construction au roman policier à suspense. Le récit de la recherche des coupables, rythmé par des dépêches qu'un grondement de téléscripteur délivre sur l'écran, allie une direction d'acteurs prestigieuse et un montage de précision. L'universalité de son propos le transforme en plaidoyer pour la justice. Mais il s'agit de dévoiler les mécanismes de crimes politiques. Par exemple, le rôle clé du journaliste (incarné par Jacques Perrin également coproducteur du film) est d'apporter des preuves nouvelles au juge (Jean-Louis Trintignant) pour dénouer l'intrigue policière. Le réalisateur confronte deux figures, celle du juge honnête et de l'enquêteur incorruptible face aux manipulations glauques du pouvoir. Costa-Gavras saisit les individus dans toutes leurs complexités (corruption, collusion, provocation, machination...), au cœur d'une enquête qui les dépasse. Z ne fait pas que restituer un moment d'histoire en décrivant toutes les imbrications et complicités mais il correspond à un réel travail de démystification à trois niveaux : les faits réels, la révélation des mensonges et la reconstitution de la vérité par le juge. Chaque niveau suppose une montée progressive du terrorisme d'État, de l'angoisse et de la prise de conscience. Les constats de l'enquête permettent ensuite de déchiffrer à l'aide de flash-back le fil de la machination pour, au final, élucider l'énigme. Si l'histoire rejoint la réalité grecque, elle dépasse l'aspect purement politique de départ. Le réalisateur reconstruit l'ensemble d'un puzzle qui met en lumière les compromissions d'un système devenu implacable. Fondé sur la force des faits, Z épouse la rigueur d'un constat impartial mettant en avant l'engagement individuel et moral.

Cette approche nouvelle du policier n'est pas sans rappeler le cinéma de Francesco Rosi, dans Main basse sur la ville (Le Mani sulla città, 1963) qui dévoile peu à peu les fragments d'une intrigue historico-policière pour recomposer un univers réel. Les dénonciations de la raison d'État, l'Aveu (1970), État de siège (1973), Section spéciale (1975) et Missing (1982) resteront au cœur de l'œuvre de Costa-Gavras.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences, sociologue à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

16 novembre 2009 Rwanda. Acquittement de Protais Zigiranyirazo par le T.P.I.R.

), qui siège à Arusha (Tanzanie) acquitte Protais Zigiranyirazo, ancien préfet et homme d'affaires rwandais surnommé « Monsieur Z », accusé de génocide et de crimes contre l'humanité, faute de preuves suffisantes de sa participation aux massacres perpétrés en 1994 contre les Tutsi et les Hutu modérés. Pourtant, selon plusieurs experts, Protais Zigiranyirazo appartenait au cercle informel de l'Akazu – soupçonné d'avoir planifié le génocide – formé autour de sa sœur, Agathe Kanziga, épouse du président Juvénal Habyarimana, mort dans l'attentat contre son avion le 6 avril 1994 qui a été l'élément déclencheur du génocide. […] Lire la suite

9-29 mars 1985 Grèce. Élection de Christos Sartzetakis à la présidence de la République

désigne Christos Sartzetakis, l'ancien juge d'instruction de l'enquête sur l'assassinat, le 22 mai 1963, du député de gauche Lambrakis, une affaire rendue célèbre par Z, le film de Costa-Gavras. Beaucoup voient dans ce coup de théâtre – la réélection du président sortant semblait assurée – la volonté d'Andréas Papandréou, Premier ministre et président du P. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Kristian FEIGELSON, « Z, film de Constantin Costa-Gavras », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/z/