YÖRÜK

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Groupe nomade de Turquie. Les Yörük ou Iūrūk (le terme signifie « ceux qui marchent ») se répartissent dans trois régions : les tribus de l'ancienne Pamphylie entre Antalya et Gazipasa, qui estivent dans le Taurus ; les tribus de la Troade, qui transhument entre Izmir et Aydin ; enfin celles de Cilicie entre Silifke et Adana.

Les Yörük se prétendent de pure origine turque, puisque héritiers des anciens conquérants seldjoukides des tribus oghouz, venus en Turquie au xie siècle. Cette époque, puis celle des invasions mongoles, voit une recrudescence du nomadisme sur tout le plateau anatolien. Il est vraisemblable que jusqu'au xvie siècle l'ensemble du plateau est parcouru par des tribus à la recherche de pâturages pour leurs troupeaux de moutons et de chevaux. Puis le processus de sédentarisation s'amorce : les nomades cavaliers sont enrôlés comme mercenaires dans les armées des sultans ; avec le renforcement du pouvoir central et la création d'une armée de métier, ils perdent alors progressivement toute influence.

Aujourd'hui, parcourant des distances qui varient de cent cinquante à quatre cent cinquante kilomètres, les Yörük suivent des itinéraires bien définis : l'hivernage a lieu en altitude dans le kislak pendant quatre à six mois ; l'estivage dans l'ailak, région des plaines, de mai à novembre. La durée du séjour varie suivant les tribus, et en fonction de la température. À la morte-saison, les Yörük se livrent généralement à des activités de transporteurs (coton, matériaux de construction, récoltes). Puis après les préparatifs de départ (achats de vivres, de vêtements, de munitions et d'ustensiles variés), les clans quittent leurs résidences. À la tête de chacun d'eux, le membre le plus riche est choisi comme chef, responsable moral et matériel. Le départ est précédé d'une réunion du conseil des anciens, consacrée aux problèmes de la migration et à l'issue de laquelle est donné l'ordre de lever les camps. En fait, le départ réel ne s'effectue qu'au point de rencontre de plusieurs clans.

Les morts et les malades sont recensés, les bagages contrôlés, les chameaux et les chevaux parés : chacun se doit d'avoir le nécessaire pour le séjour dans l'ailak. Les femmes conduisent les troupeaux, et les hommes suivent une route parallèle avec les bêtes de charge. À la première étape se déroule la cérémonie du départ proprement dit : visite des lieux saints locaux ; jeux ; courses de chevaux ; combats de chameaux et de chiens ; sacrifices et prières, auxquels hommes et femmes assistent séparément. La cérémonie s'achève par un grand repas, dont les restes sont consommés au cours des étapes suivantes. Longues de vingt kilomètres, les étapes durent de six à douze heures. Le camp est généralement levé avant l'aube ; et la marche s'arrête aux heures chaudes.

L'habitat des Yörük se compose de la tente noire en poil de chèvre (kara cadir), plantée sur une aire appelée yourte, et sur laquelle on étale des tapis (kilim). En hiver, les campements regroupent rarement plus de dix tentes, soit une cinquantaine de personnes. Mais aujourd'hui, de plus en plus, les constructions en dur remplacent les tentes. L'alimentation se compose essentiellement de pain et de laitages. L'artisanat yörük est lié à l'élevage ; les femmes filent et tissent la laine et confectionnent tapis, tentes, sacs, etc.

La scolarisation des enfants est encore rare du fait des déplacements fréquents. Seuls les hommes reçoivent quelque instruction au cours du service militaire. Les querelles tribales sont réglées par la sariat et la loi laïque turque. Les Yörük participent aux élections législatives et municipales et ont des candidats inscrits dans des partis de droite.

Musulmans sunnites d'obédience hanafite, ils ont conservé quelques traces d'animisme et des croyances préislamiques. Le mariage est généralement endogamique ; l'entremetteuse (görücü) y joue un rôle primordial. Le statut de la femme est régi par le Coran. L'épouse, achetée, peut être répudiée et la polygamie est licite. Parce qu'elle est nomade, la femme peut néanmoins partager un certain nombre d'activités avec l'homme. La naissance d'un fils, la circonc [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jean-Charles BLANC, « YÖRÜK », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/yoruk/