YOKOO TADANORI (1936- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est à Nishiwaki, au Japon, que naît, en 1936, Yokoo Tadanori. Les débuts de son activité de graphiste sont marqués par des distinctions importantes : prix du Club des artistes publicitaires japonais, en 1957 ; médailles de bronze et d'argent du Club des directeurs artistiques de Tōkyō, en 1961 et en 1962. Ses premières œuvres marquantes sont réalisées sous l'influence des artistes pop américains, celle de Roy Lichtenstein en particulier.

En 1965 — il a alors vingt-neuf ans —, il annonce sa naissance à une expression graphique nouvelle par une image macabre : à l'occasion d'une exposition personnelle, il réalise une affiche annonçant son suicide. Sur fond de « soleil levant », il se représente au bout d'une corde, une rose à la main ; en bas de la composition, dans la partie gauche, il fait figurer sa photo à l'âge d'un an et demi, pour signifier sa renaissance ; à droite, sur le cliché représentant un groupe d'adolescentes et d'adolescents, il dessine un poing ne laissant dépasser, entre le majeur et l'index, que le pouce, en signe de provocation sexuelle. Le soleil levant, emblème du Japon, qui s'ouvre en éventail derrière chacune des images de l'artiste indique, au-delà d'une déclaration d'appartenance à la communauté nippone, une volonté de rayonnement, d'expansion. C'est donc moins une marque de continuité que le signe d'une recréation permanente. Cette recréation, Yokoo l'accomplit à travers toutes les genèses. Il est comme emporté par un mouvement cosmique qui lui fait évoquer tous les « paradis » religieux. Il peut également, sans la moindre différence de facture, utiliser la mythologie hollywoodienne. Ces emprunts ne correspondent pas à un renoncement à ses racines culturelles : même les affiches qui se caractérisent par une utilisation exclusive des dieux hindouistes, pour lesquels Yokoo Tadanori manifeste une évidente prédilection, ne font pas oublier l'origine de celui qui les a composées. L'artiste déjoue le piège du mimétisme — attitude que l'on considère ordinairement c [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  YOKOO TADANORI (1936- )  » est également traité dans :

GRAPHISME

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 7 442 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La contestation »  : […] Au milieu des années 1960, des mouvements de contestation sociaux et culturels, comme le Flower Power, en Californie, ou le mouvement Provo, aux Pays-Bas, trouvent leur traduction en dehors des courants graphiques institués. Par ailleurs, l'apparition d'un art de l'affiche à Cuba, fortement inspiré du pop art et des arts caraïbes et sud-américains, détonne avec le réalisme socialiste. La révolte d […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 364 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « À partir de 1980 »  : […] Les trois décennies 1980-2010 voient une diversification des pratiques artistiques sans précédent. Réaction au rejet de la subjectivité par les années 1970, le néo-expressionnisme apparu en Occident vers 1980 ( Bad Painting , etc.) suscite au Japon un renouveau de la peinture abstraite, avec Nakamura Kazumi (né en 1956), et figurative, chez Yokoo Tadanori (né en 1936), graphiste « converti » à la […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc THIVOLET, « YOKOO TADANORI (1936- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/yokoo/