FUKUDA SHIGEO (1932-2009)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Diplômé de l'école des Beaux-Arts de Tōkyō, sa ville natale, en 1956, Fukuda Shigeo s'oriente vers le graphisme publicitaire et la fabrication de jouets. L'année 1967 est marquée par une suite d'événements qui seront décisifs pour sa carrière : ainsi le choix de son projet d'affiche pour l'exposition internationale d'Ōsaka alors en préparation et une exposition personnelle regroupant jouets et objets de sa fabrication à la galerie I.B.M. de New York, cette dernière entraînant l'acquisition de quelques-unes de ses œuvres par le musée d'Art moderne de cette ville.

Dans le domaine du graphisme, Fukuda Shigeo se révèle comme l'homme des séries. En 1974, Self Defense prend pour motif la tour de Pise : à partir du monument devenu le symbole du déséquilibre et de la rupture probable, il crée d'autres déséquilibres, savamment composés dans le dessein d'alerter l'opinion sur les déséquilibres urbains. En 1975, il réalise des affiches sur le thème de l'amitié (Friendship). L'image de la poignée de mains le conduit à proposer un ensemble de variations : mains délimitées par un trait en forme de fil de fer barbelé, mains dont l'une détient un cadenas et l'autre la clé, mains donnant naissance à une troisième main... En 1975 toujours, à l'occasion des jeux Olympiques de Montréal (1976), il crée la série Victory autour de la silhouette d'un athlète. En 1976, la série consacrée au Mont Fuji lui permet de renouveler complètement l'image de la montagne sacrée chère à ses compatriotes : il dessine de la façon la plus dépouillée le sommet d'un volcan d'où jaillit ici un morceau de ressort, là un arbre. Par la suite, Fukuda reprendra le thème de la poignée de mains dans un certain nombre d'œuvres : Interdesign (1981), Calpis (1982), Earthday (1982) — série d'affiches écologiques —, thème qui deviendra désormais sa marque distinctive. D'autres thèmes reviennent fréquemment dans son œuvre : la paix, le désarmement, le racisme, la guerre.

Dans Les Cent Sourires de Mona Lisa, 1971, Fukuda Shigeo, de concert a [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Marc THIVOLET, « FUKUDA SHIGEO (1932-2009) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fukuda-shigeo/