YI JING [YI KING] ou LIVRE DES MUTATIONS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Livre des mutations (Yi jing) est un corpus de divination de la Chine antique. La base de son système divinatoire repose sur les célèbres huit trigrammes (bagua), chacun étant composé d'une combinaison de trois lignes superposées soit pleines, soit brisées. La combinaison de deux trigrammes donne des hexagrammes dont les possibilités combinatoires donnent soixante-quatre variantes. Bien qu'elle soit traditionnellement attribuée au souverain démiurge Fuxi ou encore au fondateur de la dynastie des Zhou, Wen Wang, l'invention des huit trigrammes ne remonte probablement pas si loin ; elle est liée au procédé divinatoire qui utilise les quarante-neuf tiges de l'achillée, procédé qui n'apparaît que sous la dynastie des Zhou, et qui remplace alors graduellement la méthode antique qui recourt à la carapace de tortue. Les trigrammes sont regardés comme étant des symboles cosmologiques (Terre, Ciel, Eau, Feu, etc.) et les éléments de base de l'Univers. Ce système paraît avoir coexisté, sous les Zhou, avec celui des Cinq Éléments. Ce n'est que bien plus tard, à l'époque des Han, que des penseurs ont cherché à combiner les deux systèmes.

Le sens des hexagrammes est dérivé des valeurs symboliques des trigrammes qui les composent. Toutefois, et c'est là la grande originalité du système, ces valeurs ne sont pas considérées comme fixes et autonomes, mais comme interdépendantes et résultant l'une de l'autre. « Fermer une porte est kun (trigramme : Terre), ouvrir une porte est qian (trigramme : Ciel). Une fois fermer et une fois ouvrir, c'est ce qu'on appelle un changement (mutation). La mutation constante d'un de ces états dans l'autre peut être appelée la voie constante [des choses] ». Toutes les choses dans l'Univers changent perpétuellement dans un cycle sans fin. Rien ne s'en va qui ne revienne. Tout ce qui atteint son apogée connaît un déclin. Mais, après chaque fin, il y a un nouveau début. Les lois universelles exemplifié [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification


Autres références

«  YI JING [ YI KING ] ou LIVRE DES MUTATIONS  » est également traité dans :

CHINOISE (CIVILISATION) - Symbolisme traditionnel et religions populaires

  • Écrit par 
  • Maxime KALTENMARK, 
  • Michel SOYMIÉ
  •  • 7 067 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le monde et son ordonnance »  : […] Le monde n'était pas pour les anciens Chinois l'œuvre d'un créateur. Les fragments de mythes cosmologiques qui subsistent parlent de héros qui aménagèrent la terre pour la rendre habitable, de sages qui firent de l'homme primitif un civilisé ; il n'est nulle part question d'une création ex nihilo . Il y avait aussi des mythes relatifs à la séparation du Ciel et de la Terre, a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-symbolisme-traditionnel-et-religions-populaires/#i_19763

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les Zhou occidentaux (1050-771 av. J.-C.) »  : […] À cette époque remontent trois recueils, les Documents ( Shu ), les Poèmes ( Shi ) et les Mutations ( Yi ), qui sont à la base de la tradition littéraire chinoise. La datation en est du reste approximative ; d'après la critique actuelle, la plupart de ces textes ne so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-la-litterature/#i_19763

CONFUCIUS & CONFUCIANISME

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 14 466 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les classiques confucéens »  : […] Qu'étaient-ce donc que ces classiques confucéens qui faisaient trembler Li Si ? « Je m'attache aux Anciens avec confiance et affection », disait prudemment Kongzi. Tout en se proposant de corriger le désordre présent, ce novateur se défendait de rien changer à l'ordre ancien. L'ordre ancien, tel que l'avaient consigné quelques livres : le Yi jing ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/confucius-et-confucianisme/#i_19763

PERFORMANCE, art

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 19 226 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De la musique au théâtre »  : […] On rattache habituellement les performances aux happenings ; cette filiation est, sans nul doute, à discuter. D'un point de vue strictement historique, le vocable « happening », qui désigne en anglais l'événement en général, avait d'abord été choisi par un artiste désireux de se simplifier la vie, et qui avait conscience d'œuvrer au confluent de différents arts, mais sans que l'appartenance de so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/performance-art/#i_19763

ZHU XI [TCHOU HI] (1130-1200)

  • Écrit par 
  • Léon VANDERMEERSCH
  •  • 1 777 mots

Dans le chapitre « La philosophie de la raison »  : […] La science divinatoire avait abouti très tôt, en Chine, à la formalisation de tous les phénomènes, physiques ou moraux, naturels ou historiques, selon les figures canoniques exposées dans le Livre des mutations ( Yi jing ), à savoir les soixante-quatre hexagrammes engendrés par toutes les combinaisons possibles deux à deux des huit trigrammes, eux-mêmes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zhu-xi-tchou-hi/#i_19763

Pour citer l’article

Kristofer SCHIPPER, « YI JING [YI KING] ou LIVRE DES MUTATIONS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/yi-jing-livre-des-mutations/