PENN WILLIAM (1644-1718)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Londres, William Penn se convertit en 1667 et devient, au grand scandale de sa famille, l'un des plus ardents militants de la foi quaker. Arrêté et emprisonné à plusieurs reprises, il doit d'abord à son père, l'amiral sir William Penn, puis, après la mort de celui-ci, à la fidélité du duc d'York à sa famille, d'être en général rapidement relâché. Prédicateur de la secte, polémiste brillant engagé dans de fréquentes controverses avec des anglicans et des non-conformistes, avocat inlassable de la suspension des lois pénales applicables aux quakers comme aux catholiques romains, il découvre en 1676 une chance nouvelle pour sa secte. Il obtient alors, en échange d'une créance, la moitié ouest du New Jersey, réussit en 1680 à racheter une portion orientale de la province, agrandit en 1681 ses territoires américains par une nouvelle colonie qui sera appelée la Pennsylvanie. Il favorise l'établissement de quakers dans ces divers territoires et donne à la Pennsylvanie une Constitution libérale, incluant la tolérance de toutes les religions monothéistes compatibles avec la morale chrétienne, et une loi concernant les Indiens, modèle de libéralisme et fondement de la Constitution de l'État de Pennsylvanie ; il en demeure le gouverneur. De 1682 à 1684, il veille au développement de ce territoire et choisit en particulier le site de Philadelphie. De retour en Angleterre, son amitié avec le duc d'York, devenu Jacques II en 1685, l'incite à approuver les déclarations d'indulgence du souverain, en 1687 et 1688 ; il est l'un des rares non-conformistes qui acceptent alors une tolérance surtout favorable aux catholiques romains. Plusieurs fois mis en cause pour ses sympathies avouées envers les jacobites après la Glorieuse Révolution (1688), il se tire d'affaire, redevient prédicateur itinérant de sa secte avant de retourner, en 1699, en Pennsylvanie ; ce « véritable Lycurgue » (Montesquieu) y exercera difficilement son autorité jusqu'à sa mort. Le doctrinaire quaker et le colonisateur laissent un héritage également considérable.

William Penn

William Penn

photographie

L'Anglais William Penn (1644-1718), fondateur de la colonie américaine qu'il appelle Pennsylvanie et propagateur de la foi quaker, en compagnie de Charles II (1630-1685), roi d'Angleterre (1660-1685). 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

—  Roland MARX

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  PENN WILLIAM (1644-1718)  » est également traité dans :

PHILADELPHIE

  • Écrit par 
  • Laurent VERMEERSCH
  •  • 1 215 mots
  •  • 2 médias

Ville portuaire, Philadelphie est, comme la plupart de ses voisines du nord-est des États-Unis, une ville de fond d’estuaire, abrité de l’océan dans la baie du Delaware . Son agglomération de 6,09 millions d’habitants en 2017 – dont 1,58 million dans la ville de Philadelphie – est l’un des maillons majeurs de la mégalopole BosWash. Reine déchue, « Philly » fut longtemps la plus grande ville améric […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philadelphie/#i_14306

ROYAUME-UNI - L'empire britannique

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 21 734 mots
  •  • 46 médias

Dans le chapitre « Les premières colonies »  : […] Les établissements coloniaux se limitent surtout à l'Amérique du Nord, en particulier avec la création, en 1607, de Jamestown, dans la baie de Chesapeake, et, en 1620, de la colonie du Massachusetts par les puritains amenés d'Angleterre sur le Mayflower du capitaine John Smith, qui les débarque à New Plymouth. De grands aristocrates ou des compagnies privées développent le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-l-empire-britannique/#i_14306

Pour citer l’article

Roland MARX, « PENN WILLIAM - (1644-1718) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-penn/