THOMAS WILLIAM ISAAC (1863-1947)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la fois sociologue et psychosociologue, William Isaac Thomas fut, jusqu'en 1918, le personnage central de l'école de sociologie de Chicago. Ses travaux constituent une contribution importante à l'élaboration de plusieurs concepts fondamentaux. Thomas se consacra principalement à l'étude des groupes d'immigrants et aux différents problèmes d'assimilation que ces groupes connaissent dans une communauté urbaine. Avec Florian Znaniecki, il entreprit en 1914 une vaste étude monographique sur les paysans polonais en Europe et en Amérique, étude publiée sous le titre The Polish Peasant (1918-1920) et demeurée importante pour ceux qui abordent la recherche comparative et qualitative. Ce livre n'est, en effet, pas seulement une remarquable monographie fondée sur l'étude intensive de biographies et sur l'analyse des documents personnels, mais une véritable théorisation du développement de la personnalité et du changement social, l'exposé d'une typologie des personnalités et d'une définition de l'approche situationnelle, un effort pour perfectionner les techniques d'enquête par l'utilisation des groupes de contrôle.

Le principal souci de Thomas est d'étudier les phénomènes et les individus dans la totalité de leur contexte social. Rejetant le déterminisme économique ou technologique considéré comme seul facteur du changement social, Thomas voit dans les valeurs et attitudes humaines des éléments importants dans la transformation des sociétés. Il a contribué ainsi à la création d'une discipline psychosociologique autonome.

Thomas s'est occupé aussi de la position sociale des femmes, des différences entre les groupes ethniques, de la criminalité. En outre, l'intérêt qu'il a porté au problème de la « désorganisation sociale » se situe dans la ligne directe des travaux effectués vingt ans plus tôt par Durkheim sur l'anomie. Mais contrairement à celui-ci, Thomas attribue aux facteurs subjectifs et à la conscience individuelle un poids essentiel. Chez lui, la notion de valeur est un « fait social », une donnée objective.

—  Daniel DERIVRY

Écrit par :

Classification


Autres références

«  THOMAS WILLIAM ISAAC (1863-1947)  » est également traité dans :

ANOMIE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 3 989 mots

Dans le chapitre « Anomie, désorganisation et démoralisation sociales »  : […] L'idée que la satisfaction de l'individu est liée à l'existence de cadres sociaux stables qui lui permettent d'organiser son comportement et ses désirs en fonction d'un système d'attente défini a été démontrée par de nombreuses études. Ainsi, Thomas et Znaniecki, dans la magistrale étude qu'ils ont consacrée aux paysans polonais transplantés aux É […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anomie/#i_12939

ATTITUDE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 4 164 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Premières définitions »  : […] Pour Thomas et Znaniecki, une attitude est toujours orientée vers un objet. Elle permet de prédire les comportements réels et potentiels d'un individu devant une stimulation sociale. Comme les objets sociaux par rapport auxquels les individus sont appelés à se situer sont des valeurs collectives, l'attitude est définie par ces auteurs comme « un é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/attitude/#i_12939

GROUPE SOCIAL

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER, 
  • François CHAZEL
  •  • 11 396 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'intimité et l'enracinement »  : […] Étant donné ses orientations, la sociologie européenne ne se prêtait guère à une réflexion approfondie sur la notion de groupe primaire. En revanche, aux États-Unis, le courant intellectuel dominant favorisait l'empirisme, et non pas la philosophie de l'histoire ; d'autre part, le libéralisme démocratique invitait à étudier la socialisation de l'in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupe-social/#i_12939

SOCIOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 6 414 mots

Dans le chapitre « L'élan nord-américain »  : […] Même si elles donnent le ton, la France et l'Allemagne ne sont pas les seuls creusets de la sociologie naissante. L'Italie par exemple peut revendiquer une riche tradition en matière de criminologie positive et se targuer des travaux de Vilfredo Pareto, auteur d'un volumineux Traité de sociologie générale (1916). Les sciences sociales bénéficient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-histoire/#i_12939

SOCIOLOGIE - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Claude DUBAR
  •  • 7 716 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'interactionnisme symbolique »  : […] Qualifiant ceux qu'on appelle parfois les sociologues de la « seconde école de Chicago » (Everett C. Hughes, Anselm Strauss, Howard Becker, Erving Goffman) et leur nombreuse postérité, le terme interactionnisme symbolique a été inventé par Herbert Blumer (1900-1987), qui est radicalement opposé au fonctionnalisme et qui propose une thèse alternat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-les-grands-courants/#i_12939

ZNANIECKI FLORIAN WITOLD (1882-1958)

  • Écrit par 
  • Claude LEFORT
  •  • 481 mots

Sociologue polonais, qui s'installa aux États-Unis en 1914. Les travaux de Znaniecki, notamment The Polish Peasant in Europe and America (1920), ouvrage en cinq volumes rédigé en collaboration avec William Isaac Thomas, eurent une influence considérable sur la sociologie contemporaine. D'abord poète, Znaniecki est expulsé de l'université de Varsov […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/florian-witold-znaniecki/#i_12939

Pour citer l’article

Daniel DERIVRY, « THOMAS WILLIAM ISAAC - (1863-1947) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-isaac-thomas/