GLADSTONE WILLIAM EWART (1809-1898)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Disraeli et la reine Victoria

Disraeli et la reine Victoria
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Charles Gordon

Charles Gordon
Crédits : Hulton Getty

photographie

Gladstone

Gladstone
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie


Homme d'État britannique, plusieurs fois Premier ministre de son pays (1868-1874, 1880-1885, 1886 et 1892-1894). Fils d'un marchand de Liverpool, Gladstone entre dans la vie politique en 1832 comme député conservateur de Newark ; il est alors un ferme tenant de l'Église anglicane établie, ce qui lui vaut de vives attaques de libéraux comme T. B. Macaulay. Ayant attaché sa fortune à celle de sir Robert Peel, il devient son ministre en 1835, puis en 1841, lui demeure fidèle lors du choix décisif du libre-échange en 1846. Se rapprochant par degrés des libéraux, il est dès 1852 chancelier de l'Échiquier, poste qu'il retrouve grâce à Palmerston en 1859. Considéré au début des années 1860 comme le plus brillant des libéraux, il conquiert la première place dans son parti après 1866 et succède à Disraeli en 1868. D'esprit très religieux, ouvert au progrès, conscient de l'irrésistible nécessité de céder au courant démocratique, mêlant générosité et calculs politiques à l'intérieur comme à l'extérieur, il est homme de contradictions. Son caractère difficile lui vaut des démêlés avec ses amis et la longue inimitié de la reine Victoria. Il rejette avec horreur le disraélisme. L'indifférence de Disraeli vis-à-vis des atrocités turques dans les Balkans lui inspire, en 1876, le fameux pamphlet Bulgarian Horrors and the Question of the East. On lui doit la réforme électorale de 1884-1885 qui, complétant celle de 1867, permet, par l'octroi du suffrage à presque tous les hommes de vingt et un ans et plus ainsi qu'à une redistribution des sièges, de parvenir à une quasi-démocratie. Préoccupé par le népotisme en honneur dans l'administration, il impose en 1870 le concours comme voie d'accès à la fonction publique. Ayant compris la gravité du problème irlandais, il croit d'abord pouvoir le résoudre par la séparation, en Irlande, de l'Église anglicane et de l'État (1869), puis par des réformes agraires, mais en vient en 1886 à défendre un projet de [...]

Disraeli et la reine Victoria

Disraeli et la reine Victoria

Photographie

Le ministre Benjamin Disraeli (1804-1881), déguisé en Aladin, offre à la reine Victoria la couronne des Indes. Caricature de 1876. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  GLADSTONE WILLIAM EWART (1809-1898)  » est également traité dans :

HOME RULE

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 506 mots

L'expression signifie « autonomie interne » et a pu être employée dans des occasions variées. Historiquement, elle appartient à l'Irlande : elle est la revendication, à partir de 1870, d'un mouvement pour « un gouvernement autonome » qui, opposé à la violence révolutionnaire et peu convaincu des chances d'obtenir une complète indépendance, a décidé de formuler cette revendication minimale. Le grou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/home-rule/#i_14511

IRLANDE

  • Écrit par 
  • David GREENE, 
  • Pierre JOANNON
  •  • 16 174 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La Grande Famine et ses conséquences »  : […] Le paysan irlandais se nourrit exclusivement de pommes de terre ; les céréales qu'il cultive et les bêtes qu'il élève lui permettent tout juste de payer la rente au propriétaire. Que survienne une guerre ou une mauvaise récolte, c'est la famine garantie. Ce n'est pas une, mais trois mauvaises récoltes consécutives qui surviennent inopinément de 1846 à 1849. C'est un désastre . La faim et le cholér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/irlande/#i_14511

VICTORIA (1819-1901) reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande (1837-1901)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 227 mots
  •  • 1 média

Montée sur le trône en 1837, et disparue le 22 janvier 1901, la reine Victoria aura symbolisé le Royaume-Uni à l'apogée de sa puissance. L'« ère victorienne » résume ainsi le succès et les ambiguïtés de l'Angleterre de la seconde moitié du xix e  siècle. Le pays a en effet été épargné par les guerres et les révolutions, tout en se taillant le prem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/victoria/#i_14511

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 250 mots
  •  • 65 médias

Dans le chapitre « Les difficultés politiques »  : […] Les grands problèmes qui divisent l'opinion et le Parlement ont varié. Au départ, on peut en recenser trois à l'intérieur : la politique économique, la réforme sociale et la question de la démocratisation. La première est surtout celle du choix du système douanier : aux protectionnistes invétérés, soutenus par les « intérêts fonciers », s'opposent les libre-échangistes de l'école de Manchester, d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-histoire/#i_14511

VICTORIENNE ÉPOQUE

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT, 
  • Roland MARX
  •  • 10 869 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les luttes sociales »  : […] La crise économique a relancé d'inévitables conflits de classes. Peu préparés à des luttes sévères et victimes de la conjoncture, les syndicats sont impuissants à prévenir des réductions de salaires et des licenciements, leur idéologie comme leur appareil paraissent du coup inadaptés. Les idées socialistes, fort peu influentes malgré la présence à Londres de Karl Marx, qui y meurt en 1883, connai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epoque-victorienne/#i_14511

Pour citer l’article

Roland MARX, « GLADSTONE WILLIAM EWART - (1809-1898) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-ewart-gladstone/