DU BOIS WILLIAM EDWARD (1868-1963)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain et militant noir américain, William Edward Burghardt Du Bois est né le 23 février 1868 à Great Barrington (Massachusetts).

Il sort diplômé de l'université Fisk, institution réservée aux Noirs, de Nashville (Tennessee), en 1888. Il obtient un doctorat à Harvard en 1895. Sa thèse, intitulée « La suppression de la traite négrière aux États-Unis de 1638 à 1870 », est publiée en 1896. À une époque où les sociologues élaborent des théories sur les relations entre les races, Du Bois mène des recherches empiriques sur la condition des Noirs. Pendant plus de dix ans, il se consacre à ses investigations sociologiques sur les Noirs américains, tandis qu'il enseigne à l'université d'Atlanta (Georgie). Il rédige ainsi The Philadelphia Negro ; A Social Study (1899), première étude de cas portant sur la communauté noire aux États-Unis.

Du Bois est d'abord convaincu que les sciences sociales peuvent permettre de résoudre la question raciale. Mais il en vient progressivement à penser que dans un climat de racisme virulent, s'exprimant par des lynchages, le péonage, la privation du droit de vote, les lois ségrégationnistes Jim Crow et des émeutes raciales, le changement social ne peut venir que de l'agitation et de la protestation. Il s'oppose en cela au leader noir le plus influent de l'époque, Booker T. Washington. Ce dernier défend une doctrine de l'adaptation, encourageant les Noirs à accepter la discrimination pour un temps et à s'élever par le travail et l'ascension économique, afin de gagner le respect des Blancs. En 1903, dans son célèbre ouvrage The Souls of Black Folk (Âmes noires), Du Bois déclare que la stratégie de son rival ne libère pas l'homme noir de l'oppression mais se contente de la perpétuer.

Dès 1905, il fonde le mouvement de Niagara, qui vise essentiellement à attaquer les partisans de Booker Washington. Cette petite organisation, qui se réunit tous les ans jusqu'en 1909, est considérablement affaiblie par des querelles internes. Elle constitue cependant l'embryon idé [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur de sociologie et d'histoire, chargé de recherche au centre de régionalisme urbain de l'université d'État de Kent, l'Ohio

Classification

Autres références

«  DU BOIS WILLIAM EDWARD (1868-1963)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 198 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Au commencement, les récits d’esclaves »  : […] « Bars Fight », le poème de Lucy Terry (1730 env.-1821), esclave née en Afrique et vendue alors qu’elle n’était qu’une enfant, est le premier texte littéraire noir. Il est suivi par la publication en 1733 de Poems on Various Subjects de Phillis Wheatley (1753 env.-1784) qui dut passer un examen pour prouver qu’elle était bien l’auteur de ces textes. La préface écrite par son maître inaugure la p […] Lire la suite

RENAISSANCE DE HARLEM

  • Écrit par 
  • George HUTCHINSON
  • , Universalis
  •  • 8 930 mots

Dans le chapitre « La fiction »  : […] Les œuvres de fiction produites par les auteurs de la Renaissance de Harlem se distinguent par leur focalisation sur la vie contemporaine et par leur goût des formes instables – en d'autres termes par leur modernité. Devancés par des précurseurs tels que James Weldon Johnson dans The Autobiography of an Ex-Colored Man (« Autobiographie d'un ci-devant homme de couleur », publié anonymement en 1912 […] Lire la suite

THE COLOR LINE. LES ARTISTES AFRICAINS-AMÉRICAINS ET LA SÉGRÉGATION

  • Écrit par 
  • Lamia DZANOUNI, 
  • Olivier MAHEO
  •  • 1 328 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Qu’est-ce que l’art noir ? Naissance d’un débat »  : […] La sphère culturelle a longtemps représenté pour les esclaves une liberté d’expression qui leur était autrement déniée. En 1865, au terme de la guerre de Sécession, l’esclavage est aboli, mais la ségrégation se met en place. L’intellectuel noir W. E. B. Du Bois écrit en 1903 que « le problème du xx e  siècle est celui de la ligne de couleur ». Le succès et la célébrité que bien des Africains-Améri […] Lire la suite

Pour citer l’article

Elliott RUDWICK, « DU BOIS WILLIAM EDWARD - (1868-1963) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/william-edward-du-bois/