SNELL VAN ROYEN WILLEBRORD (1580-1626)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mathématicien néerlandais Willebrord Snell Van Royen (1580-1626) publie en 1617 à Leyde (Hollande) le traité Eratosthenes Batavus. De Terrae ambitus vera quantitate.

Snell naît le 13 juin 1580 à Leyde, située dans les Provinces-Unies, qui ont fait sécession d’avec l’Espagne en 1579. Fils aîné du professeur de mathématiques de l’université de Leyde, il suit une éducation privée dans la maison paternelle qui reçoit plusieurs étudiants. Il enseigne occasionnellement le droit et les mathématiques à l’université de Leyde dès l’âge de vingt ans. Il rend visite entre 1600 et 1603 à de nombreux savants européens, en particulier l’astronome Tycho Brahe à Prague, puis collabore avec son père dont la santé décline.

Écrit quatre ans après que Snell a officiellement succédé à son père, l’ouvrage Eratosthenes Batavus est considéré comme le livre fondateur de la géodésie. Le titre fait référence au savant grec Ératosthène (~ 276 av. J.-C.-~ 195 av. J.-C.), auteur du manuscrit (perdu) À propos de la mesure de la Terre, qui était parvenu à une estimation convaincante de la circonférence terrestre en comparant les longueurs de l’ombre d’un même objet à Syène (Assouan) et à Alexandrie – deux villes distantes de plus de 1 000 kilomètres – à midi lors du solstice d’été. La technique originale proposée par Snell est la méthode de triangulation, couramment utilisée depuis pour la cartographie.

Comme Ératosthène, Snell voulait mesurer la circonférence de la Terre. Il inventa une méthode si efficace qu’il put en obtenir une estimation remarquablement précise. Il considéra tout d’abord la distance de son domicile au clocher de l’église locale en établissant une suite de trente-trois triangles dont il mesura les angles avec une précision d’une minute d’angle grâce à un quart de cercle de deux pieds de rayon. L’utilisation des règles de la trigonométrie lui permit ensuite de mesurer la distance entre les deux villes frisonnes d’Alkmaar et Bergen op Zoom, dont les latitudes diffèrent d’un degré et qui sont s [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  SNELL VAN ROYEN WILLEBRORD (1580-1626)  » est également traité dans :

OPTIQUE - Principes physiques

  • Écrit par 
  • Pierre CHAVEL, 
  • Pierre FLEURY, 
  • Christian IMBERT
  •  • 3 792 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Optique géométrique »  : […] Les effets d'ombre, les pointés par alignement et quantité d'évidences de la vie quotidienne amènent à admettre que la lumière se propage en ligne droite. L'expérience tout aussi commune de la réflexion et de la réfraction montre que la lumière subit un changement de direction lorsqu'elle arrive à la surface de séparation de deux milieux, et pouss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/optique-principes-physiques/#i_56812

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « SNELL VAN ROYEN WILLEBRORD - (1580-1626) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/willebrord-snell-van-royen/