POUDOVKINE VSEVOLOD ILLARIONOVITCH (1893-1953)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

La Mère, V. Poudovkine

La Mère, V. Poudovkine
Crédits : De Agostini

photographie

Tempête sur l'Asie, V. Poudovkine

Tempête sur l'Asie, V. Poudovkine
Crédits : Hulton Getty

photographie


Un des maîtres du cinéma soviétique dont l'activité coïncide curieusement avec le « règne » de Staline. Entré en 1920 à l'École de cinéma à Moscou (V.G.I.K.), il y travaille comme élève-acteur, scénariste, décorateur, assistant. Il garde surtout l'empreinte de Lev Koulechov, qu'il assiste dans ses expériences sur le montage.

La période du cinéma muet lui vaut la gloire comme réalisateur. Trois films surtout dominent son œuvre : La Mère (Mat', 1926), La Fin de Saint-Pétersbourg (Konec Sankt-Peterburga, 1927), Tempête sur l'Asie (Potomok Cingis-Khane, c'est-à-dire « le descendant de Gengis khān », 1928). Il s'en explique beaucoup dans divers articles et ouvrages où il codifie l'esthétique du film muet. Partant d'un thème simple, appuyant une thèse omniprésente (comme on en conviendra plus tard, l'idéologie est dans la forme comme dans le sujet), Poudovkine met au point un découpage extrêmement rigoureux, où les structures strictement prévues s'enchevêtrent et se dénouent dans un final lyrique. Poudovkine, qui était l'élève de Koulechov, a une foi enthousiaste dans le montage, érigé en une sorte d'absolu : seul celui-ci est langage cinématographique, c'est lui qui crée l'espace, le temps, le rythme, c'est lui qui communique les idées. À l'inverse d'Eisenstein (celui du Cuirassé Potemkine), il a recours non à l'homme type mais au véritable acteur professionnel. Disciple de Stanislavski, il demande tellement à ses interprètes d'entrer dans leurs personnages qu'il leur fait répéter leur rôle dans la progression de l'action, même s'il n'en tourne qu'un seul plan. Il réussit ainsi à traiter son thème préféré, la prise de conscience (politique et sociale), avec des plans et des visages. Plus proche du spectateur sur le plan affectif (par les possibilités d'identification) qu'Eisenstein, qui peignait des groupes et non des personnages, Poudovkine s'adresse plus immédiatement mais moins profondément au public.

La Mère, V. Poudovkine

La Mère, V. Poudovkine

Photographie

La Mère (1926), de Vsevolod Poudovkine (1893-1943). 

Crédits : De Agostini

Afficher

Tempête sur l'Asie, V. Poudovkine

Tempête sur l'Asie, V. Poudovkine

Photographie

Tempête sur l'Asie, un film russe (1928) de Vsevolod Poudovkine (1893-1953). 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

À l'avènement du cinéma parlant, il signa avec Eisenstein et Alexandrov un manifest [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  POUDOVKINE VSEVOLOD ILLARIONOVITCH (1893-1953)  » est également traité dans :

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Les grands Soviétiques après 1930 »  : […] À l'avènement du parlant, comment allaient réagir les grands cinéastes soviétiques, eux qui avaient fait du cinéma muet un authentique moyen d'expression ? Il est frappant de voir que leur attitude fut à la fois réactionnaire, lucide et constructive. Dès 1930, Eisenstein, Poudovkine et Alexandrov publient un manifeste devenu célèbre, où ils prennent position : « Le film sonore, écrivent-ils, est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_17439

CINÉMA (Aspects généraux) - Les théories du cinéma

  • Écrit par 
  • Youssef ISHAGHPOUR
  •  • 5 373 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Puissances du montage (l'école soviétique) »  : […] « Béla oublie les ciseaux », reproche Eisenstein à Balázs. Cette phrase définit assez l'orientation des théoriciens-cinéastes soviétiques, qui tiennent le montage pour l'essence du cinéma et lui donnent chacun un sens selon leur pratique, liée à la recherche et à l'enseignement. Lev Koulechev (1899-1970) va démontrer, expérimentalement, la puissance du montage en collant le même gros plan d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-les-theories-du-cinema/#i_17439

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Montage

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 3 663 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'avant-garde soviétique »  : […] Les cinéastes soviétiques des années 1920 vont également faire du montage le centre de leurs préoccupations. En montant un même gros plan d'acteur face à des images différentes, Lev Koulechov démontre que le spectateur produit lui-même les liaisons entre les images et les sentiments qui en découlent. Une série de plans empruntés à des lieux ou à des corps différents montés ensemble donnent l'illu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-realisation-d-un-film-montage/#i_17439

RUSSE CINÉMA

  • Écrit par 
  • Bernard EISENSCHITZ
  •  • 10 169 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les avant-gardes »  : […] Il n'en reste pas moins que le cinéma soviétique a été créé par des enfants terribles : de jeunes artistes d'avant-garde, soutiens enthousiastes de la révolution, souvent inspirés par le mouvement futuriste, ralliés autour de Meyerhold, de Maïakovski et du groupe « formaliste » LeL  (front gauche de l'art), sous la protection du ministre de l'Éducation Anatoli Lounatcharski, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-russe/#i_17439

Pour citer l’article

Victor BACHY, « POUDOVKINE VSEVOLOD ILLARIONOVITCH - (1893-1953) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vsevolod-illarionovitch-poudovkine/