Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

LOSSKY VLADIMIR (1903-1958)

Penser « dans le mystère »

Pour Vladimir Lossky, la véritable démarche théologique constitue l'expression symbolique de l'expérience chrétienne, qui est mort et résurrection en Christ et transfiguration dans l'Esprit. La théologie est donc nécessairement mystique, mais d'une mystique ecclésiale, celle de l'homme en libre communion, en tradition vivante et créatrice, qui découvre dans les dogmes « les principes d'une connaissance nouvelle s'ouvrant en nous et adaptant notre nature à la contemplation des réalités qui surpassent tout entendement humain ».

Comme le dogme où elle se concentre et qui l'illumine, la théologie ne pense donc pas sur le mystère, ne l'enferme pas dans un système de concepts ; elle tente de penser « partiellement » dans le mystère et, par son nécessaire « échec », conduit l'intelligence à se dépasser dans le silence de l'union. C'est pourquoi Vladimir Lossky a sans cesse recours à l'apophase qui, par la négation (l'abîme divin toujours au-delà) et l'antinomie (l'Inaccessible crucifié), « déconceptualise » la parole, l'arrache à la logicité pour l'ouvrir au Logos. Toute la pensée de Lossky se concentre ainsi en ce qu'il nomme des « distinctions-identités ».

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut Saint-Serge de Paris

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • CLÉMENT OLIVIER (1921-2009)

    • Écrit par Michel EVDOKIMOV
    • 910 mots

    Olivier Clément naît le 18 novembre 1921 à Aniane, un village cévenol partagé, selon ses propres mots, entre trois « religions » : catholique, protestante et laïque. Dans L'Autre Soleil, son autobiographie parue en 1975, il parle de son père, instituteur, un homme droit, et de sa famille,...

  • ORTHODOXE ÉGLISE

    • Écrit par Olivier CLÉMENT, Bernard DUPUY, Jean GOUILLARD
    • 23 362 mots
    • 1 média
    ...désigne le « sans-fond » de l'homme, son « cœur insondable », qui est le « lieu de Dieu ». Elle est l'homo absconditus répondant au Deus absconditus. « Nous ne trouverons donc aucune propriété définissable, aucune attribution qui appartiendrait exclusivement à la personne prise en elle-même. Dans ces...