Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

LOSSKY VLADIMIR (1903-1958)

L'œuvre puissante et discrète de Vladimir Lossky commence seulement à porter ses fruits. Au-delà du polémiste, on découvre de plus en plus en lui le maître de la « néo-patristique », le théologien de l'apophase, de la personne et du Saint-Esprit, un des grands initiateurs de l'Occident à l'esprit de l'orthodoxie.

Son témoignage cherche à surmonter les grandes dichotomies occidentales pour que se manifeste, en Christ, l'Église du Saint-Esprit où l'humanité puisse vivre « à l'image de la Trinité ».

Un apôtre de l'orthodoxie

Fils du philosophe Nicolas Lossky, Vladimir Lossky grandit à Saint-Pétersbourg dans un milieu d'intellectuels « européens » où l'orthodoxie déjà s'élucide, puis, avec la révolution, se dépouille et s'approfondit. Expulsé de Russie avec son père en 1922, il s'établit bientôt à Paris où il devient un disciple d'Étienne Gilson ; celui-ci achève de le former à la rigueur de la pensée occidentale.

Bientôt se précise sa vocation, qui est de porter le témoignage, dans la langue et la pensée de la France, d'une orthodoxie consciente de son universalité. Ce témoignage, Lossky le porte d'abord en s'opposant aussi bien aux excès gnostiques de la philosophie religieuse russe qu'aux « hérésies » de l'Occident. Peu à peu, cependant, sa pensée se pacifie, s'élargit, se nuance. Tout en élaborant une claire et sobre synthèse de la grande tradition orthodoxe, il approfondit sa connaissance de l'Occident, étudie Maître Eckhart, collabore à la revue Dieu vivant, au Collège philosophique, au Fellowship anglican-orthodoxe. Il meurt prématurément à Paris à l'âge de cinquante-cinq ans.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut Saint-Serge de Paris

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • CLÉMENT OLIVIER (1921-2009)

    • Écrit par Michel EVDOKIMOV
    • 910 mots

    Olivier Clément naît le 18 novembre 1921 à Aniane, un village cévenol partagé, selon ses propres mots, entre trois « religions » : catholique, protestante et laïque. Dans L'Autre Soleil, son autobiographie parue en 1975, il parle de son père, instituteur, un homme droit, et de sa famille,...

  • ORTHODOXE ÉGLISE

    • Écrit par Olivier CLÉMENT, Bernard DUPUY, Jean GOUILLARD
    • 23 362 mots
    • 1 média
    ...désigne le « sans-fond » de l'homme, son « cœur insondable », qui est le « lieu de Dieu ». Elle est l'homo absconditus répondant au Deus absconditus. « Nous ne trouverons donc aucune propriété définissable, aucune attribution qui appartiendrait exclusivement à la personne prise en elle-même. Dans ces...