SYMÉTRIE CP VIOLATION DE LA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'observation d'un mode de désintégration particulier d'un méson K neutre montre en 1964 qu'une symétrie liant matière et antimatière n'est pas respectée par la nature. Les années 1950 et 1960 étaient riches en découvertes de nouvelles particules élémentaires ; après les mésons π légers, qui semblaient jouer le rôle de médiateurs des forces nucléaires, on avait identifié les mésons K portant un nombre quantique d'« étrangeté » et de nombreux baryons, sortes de nucléons excités, portant eux aussi parfois l'étrangeté. Face à ce foisonnement, les théoriciens insistaient sur la recherche des principes de symétrie qui pourraient aider à la compréhension de la dynamique des interactions fondamentales. On avait constaté que la symétrie de parité (P) reliant un objet à son image dans un miroir était respectée par les interactions nucléaires fortes, mais pas par les interactions nucléaires faibles, responsables de la radioactivité bêta. La situation était identique pour la symétrie de conjugaison de charge (C) liant une particule à son antiparticule. Mais la symétrie correspondant à l'application successive de ces deux transformations (la symétrie CP) paraissait respectée. Grâce à l'examen attentif des produits de désintégration d'un certain type de mésons K produits à la suite de collisions provoquées par l'accélérateur de particules de Brookhaven, deux chercheurs américains de l'université Princeton, James W. Cronin et Val L. Fitch, leur étudiant J. H. Christenson et le chercheur français René Turlay, en congé temporaire du laboratoire du C.E.A. de Saclay, apportent en 1964 la preuve que les interactions faibles violent aussi la symétrie CP, à un niveau de 0,2 p. 100, mesuré par un paramètre noté ε. Cette découverte ne devait rien au hasard car l'expérience avait été précisément conçue dans le but de répondre à l'interrogation concernant la symétrie CP. Les physiciens avaient pour cela utilisé des techniques novatrices de chambres à étincelles afin de mesurer précisément les caractéristiques cinétiques des mésons π produits lors de vingt-deux mille désintégrations de mésons K. Cronin et Fitch se partagèrent le prix Nobel en 1980 pour cette découverte.

—  Bernard PIRE

Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  SYMÉTRIE CP VIOLATION DE LA  » est également traité dans :

CRONIN JAMES WATSON (1931-2016)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 368 mots

Fils d'un professeur de latin et de grec à l'université méthodiste de Dallas, James Watson Cronin est né le 29 septembre 1931 à Chicago. Il fit ses études supérieures à l'université de Chicago et y soutint sa thèse en 1955. Il rejoignit alors le groupe de physiciens travaillant auprès d'un nouvel accélérateur, le cosmotron de Brookhaven dans l'île de Long Island près de New York. Peu après la déco […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-watson-cronin/#i_49566

FITCH VAL LOGSDON (1923-2015)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 360 mots

Né le 10 mars 1923 dans un ranch du Nebraska, Val Logsdon Fitch fut, durant la Seconde Guerre mondiale, envoyé comme militaire-technicien au laboratoire de Los Alamos, où il devint un expérimentateur expert en côtoyant les grands physiciens attachés au projet Manhattan. Il compléta ses études universitaires après la guerre à l'université McGill de Montréal (Canada), puis soutint sa thèse en 1954 s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/val-logsdon-fitch/#i_49566

KOBAYASHI MAKOTO (1944- )

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 411 mots

Le physicien théoricien japonais Makoto Kobayashi a reçu le prix Nobel de physique en 2008 « pour la découverte de l'origine de la symétrie brisée qui prédit l'existence d'au moins trois familles de quarks dans la nature ». Kobayashi naît le 7 avril 1944 à Nagoya (Japon) ; son père, médecin, meurt peu après la Seconde Guerre mondiale. Il effectue ses études supérieures à l'université de Nagoya ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kobayashi/#i_49566

MASKAWA TOSHIHIDE (1940- )

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 426 mots

Né le 7 février 1940 à Nagoya (Japon), le physicien théoricien japonais Toshihide Maskawa a reçu le prix Nobel de physique en 2008 « pour la découverte de l'origine de la symétrie brisée qui prédit l'existence d'au moins trois familles de quarks dans la nature ». Issu d'une famille de commerçants spécialisés dans le négoce du sucre, il se passionne très jeune pour les sciences et fait ses études […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maskawa/#i_49566

SYMÉTRIES, physique

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 5 990 mots

Dans le chapitre « Les symétries discrètes »  : […] Dans le monde physique, de nombreuses symétries discrètes sont effectivement réalisées par la nature ; le caractère discret s'oppose ici à continu, dans le sens où il fait appel à un groupe dénombrable de transformations. Ainsi, lorsqu'on observe soigneusement un diamant (cristal de carbone pur) ou un cristal de sel de cuisine (chlorure de sodium), on peut mettre en évidence des axes ou des plans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symetries-physique/#i_49566

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « SYMÉTRIE CP VIOLATION DE LA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/violation-de-la-symetrie-cp/