OCAMPO VICTORIA (1890-1979)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Née à Buenos Aires, Victoria Ocampo appartenait à une famille traditionnelle de la haute société argentine. Sa sœur Silvina (1903-1993), épouse à partir de 1940 d'Adolfo Bioy Casares, devait révéler, dans le domaine fantastique, un talent d'une grande originalité. Dès l'enfance Victoria apprend le français, qui restera toujours sa langue préférée. En 1916, elle rencontre José Ortega y Gasset, qui eut sur elle une influence décisive ; un élogieux « épilogue » de lui accompagne le premier livre de Victoria Ocampo, De Francesca a Beatrice (1924), une réflexion très personnelle sur La Divine Comédie de Dante. Virginia Woolf, à qui Victoria Ocampo consacra aussi une étude (Virginia Woolf en su diario, 1954), l'incite à devenir écrivain et éditeur.

Victoria Ocampo avait le culte de l'amitié : Ortega y Gasset fut le premier hôte illustre de sa résidence de Villa Ocampo, près des barrancas de San Isidro, où furent accueillies maintes célébrités, de Roger Caillois à Indira Gandhi, de Federico García Lorca à Rabindranath Tagore. Le séjour du grand poète du Bengale fut évoqué dans un livre plein de spontanéité et d'enthousiasme : Tagore en las barrancas de San Isidro (1961). Membre de la direction du Teatro Colón en 1936, Victoria Ocampo fut aussi l'amie et la propagandiste ardente de grands musiciens : Maurice Ravel, Ernest Ansermet, Igor Stravinski.

En 1931, sous l'influence de Waldo Frank et d'Eduardo Mallea, Victoria Ocampo se lance dans la grande entreprise à laquelle elle allait désormais se consacrer sans répit : l'animation de la revue Sur (dont le titre lui avait été suggéré par Ortega y Gasset). Au comité de rédaction figuraient notamment : Pedro Enriquez Ureña, Alfonso Reyes, Drieu la Rochelle, Ortega y Gasset, Jules Supervielle, Guillermo de Torre, Waldo Frank, Jorge Luis Borges, Eduardo Mallea. La Revista de Occidente et la N.R.F. représentaient le modèle de rigueur [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, membre correspondant de la Real Academia Española

Classification


Autres références

«  OCAMPO VICTORIA (1890-1979)  » est également traité dans :

FREUND GISÈLE (1908-2000)

  • Écrit par 
  • Christian CAUJOLLE
  •  • 1 185 mots

Femme reporter, une photographe toujours préoccupée des relations de son expression et de son environnement social, Gisèle Freund est l'un des rares praticiens de l'image fixe qui ait aussi écrit sur le sens de la photographie ( Le Monde et ma caméra , 1970 ; Photographie et société , 1975). Part intime de son travail, terrain de découverte et d'approche […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gisele-freund/#i_89470

Pour citer l’article

Bernard SESÉ, « OCAMPO VICTORIA - (1890-1979) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/victoria-ocampo/