FERREIRA VERGÍLIO (1916-1996)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Considéré comme l'un des plus importants écrivains portugais de son époque, lauréat du prix Camões en 1992, Vergílio Ferreira fut aussi l'un des plus ardents défenseurs des libertés démocratiques, notamment sous le régime autoritaire de Salazar. Né à Melo (Gouveia), dans la serra d'Estrela, il fut professeur de lycée dans plusieurs villes du Portugal. Il mourut à Lisbonne le 1er mars 1996. Son œuvre comporte de nombreux romans, des essais et un important Journal (Compte courant [Conta-Corrente], I, II, III, IV et V).

À l'instar de Carlos de Oliveira, Fernando Namora, Agustina Bessa-Luís ou José Saramago, Ferreira représenta d'abord le courant du néo-réalisme succédant au modernisme, dont Mário de Sá-Carneiro, Fernando Pessoa et Miguel Torga étaient les figures les plus illustres. L'exploration psychologique des personnages et la dénonciation des inégalités sociales forment la matière de ses premiers récits : Longue est la route (O Caminho fica longe, 1943) ; Où tout s'en est allé mourir (Onde tudo foi morrendo, 1944) ; Wagon J (Vagão J, 1946). Nourri de souvenirs d'enfance, Matin perdu (Manhã submersa, 1953) est l'histoire d'un garçon pauvre, meurtri par l'éducation reçue au petit séminaire où l'a placé une riche bourgeoise rêvant de patronner la destinée d'un futur prêtre. L'adolescent finira par trouver le chemin de sa délivrance, loin de la mentalité sclérosée du collège. Plus encore qu'un milieu étouffant, c'est la représentation d'un Dieu aberrant et une conception absurde de la religion catholique qui sont rejetées avec horreur. Changement (Mudança, 1949), au titre emblématique, marque une rupture, et l'orientation vers les préoccupations philosophiques qui permettront à Ferreira de donner le meilleur de son œuvre. Son attention est désormais centrée sur les problèmes existentiels, sans référence à nulle transcendance ; l'écriture, trè [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, membre correspondant de la Real Academia Española

Classification


Autres références

«  FERREIRA VERGÍLIO (1916-1996)  » est également traité dans :

PORTUGAL

  • Écrit par 
  • Roger BISMUT, 
  • Cristina CLIMACO, 
  • Michel DRAIN, 
  • José-Augusto FRANÇA, 
  • Michel LABAN, 
  • Jorge MORAÏS-BARBOSA, 
  • Eduardo PRADO COELHO
  •  • 40 038 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Tendances de la littérature contemporaine »  : […] Le xx e siècle littéraire commence avec le mouvement qui se déclenche, vers 1915, à partir de la revue Orfeu , et auquel sont liés les noms de Fernando Pessoa , Mário de Sá Carneiro et Almada Negreiros. Orfeu constitue le moment le plus intensément révolutionnaire de la littérature portugaise du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/portugal/#i_17988

Pour citer l’article

Bernard SESÉ, « FERREIRA VERGÍLIO - (1916-1996) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vergilio-ferreira/