PESSOA FERNANDO (1888-1935)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né et mort à Lisbonne, mais élevé en Afrique du Sud, alors britannique, poète bilingue, à la fois cosmopolite et nationaliste, sentimental et cynique, rationaliste et mystique, classique et baroque, Fernando Pessoa éprouvait très fortement le sentiment de n'être personne, à moins d'être plusieurs. C'est autour de cette intuition que s'organise son œuvre. Incapable de gérer ses contradictions dans la vie, il en a fait la matière de ses livres. Prenant Shakespeare pour modèle, il définit son entreprise comme un drama em gente, « drame en personnes » ; il fait dialoguer entre eux les divers moi qui existent virtuellement en lui et leur donne une réalité fictive par l'écriture. Mais on peut aussi lire son œuvre comme une sorte d'épopée intellectuelle, qui décrit l'exploration non de terres lointaines, comme celle de Camões, mais de modes d'être inconnus.

Fernando Pessoa

Fernando Pessoa

Photographie

Tardivement découverte, l'œuvre de Fernando Pessoa frappe par sa diversité et sa prolixité. Un sentiment domine cependant : celui d'être étranger à soi et au monde. 

Crédits : Apic/ Getty Images

Afficher

Ce qui déconcerte ou fascine ses lecteurs, c'est l'existence en lui de tous ces auteurs « hétéronymes » dont il a écrit les œuvres et assumé les personnalités : le poète paysan Alberto Caeiro, le docteur Ricardo Reis, l'ingénieur Álvaro de Campos, l'employé de bureau Bernardo Soares et bien d'autres. L'auteur « orthonyme », Fernando Pessoa « lui-même » (c'est, paradoxalement, son vrai nom, qui signifie personne), joue sa partie dans ce concert, au même titre que les autres. Pessoa est donc à lui seul plus qu'une pléiade. Il est à la fois chacun des poètes qui la constituent et le poète total qui les contient tous. Mais cet éclatement de son être en plusieurs personnes distinctes ne serait qu'une curiosité clinique s'il ne s'agissait pas aussi d'un acte créateur, destiné à changer la vie.

L'échec et la gloire

Sa sensibilité avait été blessée dès l'enfance par la mort de son père, le remariage de sa mère et l'arrachement à son « village » natal, le quartier du Chiado, au centre de Lisbonne. Pessoa passe toutes ses années de formation, de sept à dix-sept ans, à Durban, où son beau-père est consul du Portugal et où il reçoit une formation entièrement anglaise. À son retour, il se fixe [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : agrégé des lettres, ancien directeur de l'Institut français de Lisbonne

Classification


Autres références

«  PESSOA FERNANDO (1888-1935)  » est également traité dans :

MARLEAU DENIS (1954- )

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 1 304 mots

Né à Québec en 1954, directeur depuis 1982 de la Compagnie Ubu qu'il a fondée et avec laquelle il a créé vingt spectacles, Denis Marleau pratique aussi bien le montage de textes que l'adaptation d'écrits non théâtraux et la mise en scène d'œuvres dramatiques. Les montages sont réalisés surtout dans les années 1980. Le jeune metteur en scène se sen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/denis-marleau/#i_16380

MESSAGE, Fernando Pessoa - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 854 mots
  •  • 1 média

Message fut publié en 1934, un an avant la mort de son auteur, Fernando Pessoa (1888-1935). Le poète portugais avait peu publié avant cette date : l'œuvre multiple qui allait lui valoir une célébrité universelle ne vit le jour qu'après sa mort . À l'instar des Lusiades de Camões, Message exalte la gloire et les hauts faits du peuple portugais. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/message-fernando-pessoa/#i_16380

PORTUGAL

  • Écrit par 
  • Roger BISMUT, 
  • Cristina CLIMACO, 
  • Michel DRAIN, 
  • José-Augusto FRANÇA, 
  • Michel LABAN, 
  • Jorge MORAÏS-BARBOSA, 
  • Eduardo PRADO COELHO
  •  • 40 037 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Tendances de la littérature contemporaine »  : […] Le xx e siècle littéraire commence avec le mouvement qui se déclenche, vers 1915, à partir de la revue Orfeu , et auquel sont liés les noms de Fernando Pessoa , Mário de Sá Carneiro et Almada Negreiros. Orfeu constitue le moment le plus intensément révolutionnaire de la littérature portugaise du xx e  siècle non seulement parce que la scène litté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/portugal/#i_16380

TABUCCHI ANTONIO (1943-2012)

  • Écrit par 
  • Carina MEYER-BOSCHI
  •  • 1 681 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une quête du regard »  : […] Son attachement profond à la Toscane s'exprime surtout dans ses deux premiers récits, Piazza d'Italia , qui remporte le prix de l'Inédit en 1975, et Le Petit Navire publié en 1978. En effet, ces premières œuvres, assez semblables, relatent le devenir de familles modestes, vivant dans de petits bourgs toscans isolés et malmenés par le cours chaotiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-tabucchi/#i_16380

Pour citer l’article

Robert BRECHON, « PESSOA FERNANDO - (1888-1935) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fernando-pessoa/