VALKYRIES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'œuvre de Wagner ne rend pas un compte exact du prestige trouble de ces fascinantes créations, ambiguës à plaisir, que sont les Valkyries dans la mythologie germano-nordique ancienne. Si leur nom paraît clair — ce sont elles qui choisissent (verbe kjósa, déverbatif -kyrja) les occis (valr), occis au combat sans doute ou en sacrifice aux divinités (de la guerre ?) —, leurs fonctions, leurs figures mêmes (qu'expriment beaucoup de leurs noms, auxquels il n'est pas interdit de conférer un sens recevable) présentent une extrême diversité. On peut tenter d'en proposer une élucidation, nécessairement hypothétique, d'ordre diachronique, en notant toutefois qu'une constante les définit : ce thème de l'aile ou de l'air qui fait d'elles des créatures-oiseaux.

Il est possible qu'elles aient d'abord été de féroces esprits femelles au service du dieu de la guerre (elles s'appellent Gunnr, « bataille » ; Hildr, même sens), cruels et armés de la lance odinique, chevauchant par les airs et sur les eaux, ou bien les implacables prêtresses sacrifiant aux puissances de la mort, par strangulation (Hlaðgunnr, « bataille-au-lacet ») ou par magie (Gondul, « qui manie la baguette magique ou gandr » ; Herfjoturr, « qui paralyse par des liens magiques »), comme l'attesteraient certaines survivances islandaises (dauðafylgja) ou certaines relations arabes (Ibn Fadhlan).

En un deuxième temps, elles auraient été annexées directement à l'odinisme pour représenter les femmes ailées chargées de choisir, sur les ordres d'Óðinn, les guerriers voués à mourir sur le champ de bataille. Elles se seraient alors plus ou moins confondues avec des déités du destin (fylgjur, hamingjur et surtout dísir) et même avec les Parques du Nord, les Nornes, ce qu'attesteraient et le nom d'une d'entre elles, Skuld, qui est aussi la troisième Norne, et le seul grand poème — le Darraðarljóð, dans la Saga de Njáll le Brûlé — qui parle d'elles en détail et qui les présente sous les traits de sinistres et sanglantes filandières. Elles seraient alors, en quelque sorte, des esprits des mo [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  VALKYRIES  » est également traité dans :

BRÜNHILD, BRÜNNHILDE ou BRYNHILDR

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 302 mots

Princesse guerrière à la grande beauté, héroïne de la littérature épique germanique du Moyen Âge et apparaissant dans d'anciennes sources noroises et nordiques (chants de l' Edda , saga islandaise des Völsungar) et, en allemand, dans le Nibelungenlied (début du xiii e  siècle ; La Chanson des Nibelungen ). Appelée Brynhild, Brynhildr Brünhild, Brünnhilde ou Brunehilde selon les sources, elle es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brunhild-brunnhilde-brynhildr/#i_80162

MYTHOLOGIES - Dieux des peuples "barbares"

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Pierre-Yves LAMBERT
  • , Universalis
  •  • 8 018 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Équilibres et antinomies »  : […] L'évolution dans un sens plus martial se fera au cours de l'âge viking : encore ne faut-il pas négliger les influences, classiques surtout, qui ont été véhiculées par l'Église. Mais la christianisation progressive, à partir de l'an mil, n'altérera en rien deux invariants spécifiques : d'une part, la croyance au Destin, maître des dieux comme des hommes et véritable deus otiosus de ce panthéon, en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythologies-dieux-des-peuples-barbares/#i_80162

NIBELUNGEN

  • Écrit par 
  • Pierre SERVANT, 
  • Georges ZINK
  •  • 4 132 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « « L'Anneau du Nibelung » »  : […] La première exécution de l'intégralité de la tétralogie wagnérienne, L'Anneau du Nibelung ( Der Ring des Nibelungen ), a lieu en août 1876 lors du premier festival de Bayreuth : Hans Richter y dirige trois cycles complets, créant Siegfried et Le Crépuscule des dieux ( L'Or du Rhin et La Walkyrie avaient été créés en 1869 et en 1870, respectivement, au Königliches Hof- und Nationaltheater de M […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nibelungen/#i_80162

VALHÖLL ou WALHALLA

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 424 mots

Pour la mythologie germano-nordique, il existe deux sortes de « morts », si l'on peut dire : ceux qui ont trépassé de façon « banale », normale, et ceux qui sont tombés, les armes à la main, sur le champ de bataille, parce qu'ils ont été choisis par les émissaires d'Óðinn, les Valkyries, pour grossir les rangs des champions ou einherjar appelés, au jour du Ragnarök, à combattre aux côtés des dieu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valholl-walhalla/#i_80162

LA WALKYRIE (R. Wagner)

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 2 049 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Argument »  : […] L'action se déroule dans une époque mythologique. Acte I. Par une nuit d'orage, Siegmund (ténor), qui semble fuir de mystérieux ennemis, arrive au seuil de la demeure d'Hunding. Il tombe à terre, épuisé par sa course (« Wes Herd dies auch sei, hier muß ich rasten » : « Ce seuil, quel qu'il soit, là... je m'arrête... »). La femme d'Hunding, Sieglinde (soprano), paraît. Pleine de compassion pour le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-walkyrie/#i_80162

Pour citer l’article

Régis BOYER, « VALKYRIES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/valkyries/