PLÉRÔME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Terme grec qui signifie « plénitude » et qui, dans cette acception, appartient à la langue classique. On le relève une quinzaine de fois dans le Nouveau Testament. On le rencontre aussi dans le néo-platonisme tardif, par exemple chez Damascius (au moins trois fois). Mais c'est le gnosticisme qui lui a donné valeur technique (et qui a influencé chrétiens et néo-platoniciens, qui s'en défendent).

Il n'est pas facile de discerner le sens technique du sens banal : on parle du plérôme de la divinité, c'est-à-dire de sa plénitude ; du plérôme du Christ, c'est-à-dire de l'abondance de ses dons ; du plérôme des temps, c'est-à-dire de leur accomplissement ; du plérôme universel, c'est-à-dire de la totalité des êtres. En fait, le sens gnostique transparaît dans toutes ces expressions.

Il y a plérôme là où l'unité et l'intégralité des principes spirituels commandent la constitution du monde ou le déroulement de l'histoire du salut ; là encore où se révèle dans le temps, notamment aux époques privilégiées (les « derniers temps »), le dessein complet de la sagesse divine. Le plérôme englobe l'Un-et-Tout qui fonde l'expérience, organise ses éléments, répartit ses médiations ; il embrasse tout ce qui concourt et contribue à la création, à sa cosmologie (dualisme du monde d'en haut qui est lumière et du monde d'en bas qui est ténèbres), à sa chronologie (divisions du temps, détermination astrologique des ères favorables ou défavorables), à la sotériologie qui accompagne l'ontologie (chute dans le monde des corps, retour au monde des esprits).

C'est probablement dans la doctrine de Valentin, gnostique égyptien (sous le règne de l'empereur Hadrien), que la notion de plérôme est le mieux exposée. Valentin emprunte à Platon (Timée, 37 c sqq.) son opposition de l'éternité et du temps, de l'Entité immuable, vivante (durée supratemporelle) et des entités mobiles (celles qui président aux périodes cosmiques) ; le plérôme, réunion de toutes les entités, ressemble au monde intelligible qui contient les prototypes du réel. Basilide, gnostique alexandrin (iie s.), fait du plérôme le monde de l'Esprit pur (qu'il subordonne à un dieu-qui-n'est-pas, à un absolu placé au-dessus de la catégorie de l'être).

—  Henry DUMÉRY

Écrit par :

  • : professeur de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  PLÉRÔME  » est également traité dans :

CHIISME ou SHĪ‘ISME

  • Écrit par 
  • Henry CORBIN, 
  • Yann RICHARD
  •  • 9 424 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La théophanie et le plérome des Quatorze Immaculés »  : […] Le shī‘isme professe une théologie apophatique rigoureuse (la via negationis , le tanzīh ) : la déité en soi est inconnaissable, insondable, ineffable, imprédicable..., c'est l' Absconditum , l'abîme de Silence auquel se sont référées toutes les gnoses. Cet Absconditum ne devient connaissable que par les figur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chiisme-shi-isme/#i_8577

GNOSTICISME

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT, 
  • Michel TARDIEU
  •  • 10 629 mots

Dans le chapitre « L'égyptophilie »  : […] Des Égyptiens traduisirent, copièrent et recopièrent ce que leurs compatriotes hellénisés des villes avaient écrit. Si ces textes sont nés précisément là, si leur va-et-vient d'un bout à l'autre de la vallée du Nil fut constant, même aux plus beaux jours de la christianisation, c'est qu'un lien étroit unit ces textes à l'Égypte. Un sursaut de nationalisme face à l'omniprésence civile et religieuse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gnosticisme/#i_8577

Pour citer l’article

Henry DUMÉRY, « PLÉRÔME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/plerome/