URANOMETRIA (J. Bayer)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jusqu'à la fin du xvie siècle, les étoiles sont désignées par la partie de la constellation où elles sont situées – ce qui n'est pas dénué d'ambiguïté – ou, pour les principales, par leur nom arabe. Grâce aux instruments perfectionnés de son observatoire d'Uraniborg, l'astronome danois Tycho Brahe parvient à mesurer la position d'un millier d'étoiles avec une précision très supérieure à tout ce qui avait été obtenu auparavant ; la publication en 1602 de son Astronomiae instauratae Progymnasmata, qui comporte 777 étoiles, marque le début d'une nouvelle ère de l'astronomie.

En 1603, Johann Bayer (1572-1625), homme de loi et astronome amateur, publie à Augsbourg le premier véritable atlas céleste présentant toutes les étoiles visibles à l'œil nu, Uranometria, omnium asterismorum continens schemata, en grande partie fondé sur une version plus complète (comprenant 1 005 étoiles) du Progymnasmata qui circulait sous forme manuscrite depuis 1598. Les cinquante et une planches de cet atlas ont été gravées sur cuivre par Alexander Mair (1562 env.-1617), qui s'est parfois inspiré des gravures réalisées par Jacobo de Gheyn (1565-1629) pour le Syntagma Arateorum de Hugo de Groot (1583-1645) publié en 1600 à Leyde. L'atlas de Bayer présente de nombreuses innovations. Aux 48 constellations répertoriées par Ptolémée se sont ajoutées les douze nouvelles constellations de l'hémisphère austral (figurées sur la 49e planche) recensées par le navigateur hollandais Pieter Dirckszoon Keyzer d'après des observations d'Amerigo Vespucci, d'Andrea Corsali et de Pedro de Medina ; les deux dernières planches représentent les hémisphères célestes boréal et austral. Plus important, Bayer propose un système précis d'identification des étoiles : dans chaque constellation, les étoiles les plus brillantes sont désignées par les vingt-quatre lettres de l'alphabet grec (puis par celles de l'alphabet latin), par ordre de luminosité [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

James LEQUEUX, « URANOMETRIA (J. Bayer) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/uranometria/