ULYSSE, James JoyceFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ulysse, roman de la modernité

Dans ce livre qui a bouleversé au xxe siècle les lois du roman, Joyce accomplit un travail stylistique prodigieux : non seulement chaque épisode est rédigé selon un code rhétorique différent, mais l'écriture s'affranchit progressivement du sujet traité pour devenir son propre objet, à l'image du monologue final de Molly, constitué de huit phrases sans ponctuation, courant sur 38 pages et se concluant sur un orgasmique « oui ». Là, pour l'une des premières fois dans la littérature mondiale, un personnage se construit uniquement en parlant : « ...il m'a demandé si je voulais oui dire oui ma fleur de la montagne et d'abord je lui ai mis mes bras autour de lui oui et je l'ai attiré sur moi pour qu'il sente mes seins tous parfumés oui et son cœur battait comme fou et oui j'ai dit oui je veux bien Oui. »

De même, le fragile instant urbain (une journée à Dublin) se voit inséré au sein d'une trame encyclopédique qui l'ouvre sur l'universel et le permanent. Selon un schéma hérité de la scolastique médiévale, Joyce élabore un réseau de correspondances : à chaque épisode ou personnage se voient associés heures, couleurs, arts, techniques, symboles, organes. Ainsi, tout autant somme des formes du savoir que parodie de la compulsion encyclopédique, Ulysse procède, comme le fit remarquer l'écrivain autrichien Hermann Broch (1886-1951), d'une contrainte inhérente au langage, qui « force à exprimer la juxtaposition par une succession, l'événement unique par la répétition ». Cette exigence de simultanéité, pour exprimer le totalité de la vie, fut reprise par nombre d'écrivains, tels Virginia Woolf, dans Mrs Dalloway (1925) ou John Dos Passos, avec son polyphonique Manhattan Transfer, publié la même année. Ils s'inspirèrent également de sa célébration de la ville : de Dublin, Joyce disait que si elle venait à disparaître on pourrait la reconstruire grâce à son Ulysse. De fait, la topographie, avec ses lieux réels, fonctionne en contrepoint des fantasmagories suscitées par la déambulation des personnages.[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  ULYSSE, James Joyce  » est également traité dans :

BEACH SYLVIA (1887-1962)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 606 mots

En 1922, Sylvia Beach publie l'œuvre monumentale de James Joyce, Ulysses (dont la première traduction en français fut publiée par Adrienne Monnier en 1929). Le roman avait en effet été rejeté par plusieurs éditeurs ayant pignon sur rue certains extraits ayant été jugés obscènes lors de leur parution en Grande-Bretagne et aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sylvia-beach/#i_24023

JOYCE JAMES (1882-1941)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques MAYOUX
  •  • 7 702 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Alchimie d'une œuvre »  : […] Vers 1913, Joyce commençait Ulysse. Tandis que, dans Dedalus encore, la distance ou l'angle d'ironie entre Joyce et le personnage qui est son image sont peu perceptibles, il en est autrement d'Ulysse  ; Joyce est désormais assez mûr pour se voir double : non pas le fils seulement et la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-joyce/#i_24023

MONOLOGUE INTÉRIEUR

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 1 031 mots
  •  • 1 média

Technique littéraire qui a joué un rôle important dans le renouvellement du roman au xxe siècle. Rendu fameux par l'usage magistral qu'en a fait James Joyce dans Ulysse (1922), le monologue intérieur (l'expression, dans son sens actuel, a été introduite par Valery […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monologue-interieur/#i_24023

Pour citer l’article

Marc PORÉE, « ULYSSE, James Joyce - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ulysse-james-joyce/