NEISSER ULRIC (1928-2012)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en 1928 en Allemagne, Ulric Neisser a rejoint les États-Unis avec sa famille en 1933. Il soutient une thèse de doctorat en psychophysique à Harvard en 1956, et enseigne ensuite dans plusieurs grandes universités américaines.

La publication de son ouvrage Cognitive Psychology, en 1967, est considérée comme un des éléments fondateurs de la psychologie cognitive. Neisser postule qu’on peut rendre compte des processus mentaux en les concevant comme une activité de traitement de l’information. Il se démarque ainsi de la tradition behavioriste, qui se refusait à rendre compte d’autre chose que les comportements observables. Si ce postulat était déjà présent dans des travaux antérieurs, sous l’influence de la cybernétique et de l’informatique naissante, la vision intégrée, élaborée par Neisser, de l’ensemble des fonctions cognitives vues sous cet angle (mémoire, perception, attention…) constitue réellement une avancée considérable.

L’apport scientifique de Neisser peut par ailleurs être caractérisé par son souci de fonder les connaissances en psychologie sur la base de situations « écologiquement pertinentes » : cette vision est à l’origine de ce qu’on appelle maintenant la « cognition située ». Plusieurs articles célèbres sont issus de cette démarche : ils visent notamment à étudier l’évolution (parfois sur plusieurs années) des souvenirs d’événements marquants, par exemple les témoignages des acteurs du Watergate (1972), l’explosion de la navette spatiale Challenger (1986) ou le tremblement de terre de Californie (1989). Un autre de ses thèmes de recherche, dans le domaine de l’attention, a mis en évidence les phénomènes de « cécité » partielle lorsque l’attention est accaparée par un événement, au détriment d’autres informations potentielles. Un ouvrage de synthèse, intitulé Cognition and Reality (1976), défend cette démarche : Neisser y analyse notamment les processus de reconstruction des souvenirs, et l’effet sur ceux-ci des chocs émotionnels intenses (« mémoire flash »).

—  Daniel GAONAC'H

Écrit par :

Classification


Autres références

«  NEISSER ULRIC (1928-2012)  » est également traité dans :

COGNITIVES SCIENCES

  • Écrit par 
  • Daniel ANDLER
  •  • 19 239 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Phase I (1950-1970) : l'émergence »  : […] Revenons aux États-Unis. La première cybernétique nous conduit directement à la fondation des sciences cognitives : la dernière conférence Macy se tient à Princeton en 1953, date à laquelle, par coïncidence, se tient un séminaire de huit semaines au cours duquel les objectifs et la dénomination d'une nouvelle discipline sont définis : il s'agit de la psycholinguistique, branche emblématique du cou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-cognitives/#i_56959

Pour citer l’article

Daniel GAONAC'H, « NEISSER ULRIC - (1928-2012) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ulric-neisser/