TUKĀRĀM (1607 env.-env. 1649)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Auteur mystique appartenant, comme Kabîr (xve s.), au mouvement hindou des « saints » (sant) qui se développa dans l'Inde du Nord et de l'Ouest à la fin de ce que l'Occident appelle le Moyen Âge et qui a donné naissance à toute une littérature poétique d'inspiration dévotionnelle (bhakti). Tukārām était un pauvre boutiquier de basse caste (il se targuait lui-même d'être un shūdra, un « homme de la classe des serviteurs »), probablement illettré, ce qui n'implique pas, d'ailleurs, qu'il fût tout à fait ignorant : en Inde, l'enseignement religieux est oral ; et Tukārām montra, à diverses reprises, qu'il était au fait des querelles théologiques de son temps.

Après divers malheurs familiaux et malgré l'opposition véhémente des brahmanes locaux, il se mit à prêcher dans son village, puis dans tout le pays marathe (à l'est de Bombay). Il organisait des kīrtans, c'est-à-dire des réunions où le prédicateur enseigne en invitant la foule des assistants à chanter des cantiques avec lui pour rythmer les diverses articulations de son discours. C'est ainsi sans doute que Tukārām se trouva conduit à composer des chants ou psaumes (abhang) qui sont parmi les plus beaux de la littérature religieuse indienne. Redonnant vie au pèlerinage de Pandharpur, où l'on vénère Vithobā (un avatâra de Vishnu), il composa d'autres cantiques destinés à rythmer la marche des pèlerins, les fidèles de la secte des vārkarīs. Après sa mort, réputée miraculeuse (il aurait été ravi au ciel), ses abhangs sont entrés dans le patrimoine religieux de l'ensemble de l'Inde.

—  Jean VARENNE

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification

Autres références

«  TUKARAM (1607 env.-env. 1649)  » est également traité dans :

HINDOUISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 9 181 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le courant vishnouite »  : […] À l'époque où les textes de la tradition shivaïte signalaient la secte des pāśupata, en milieu vishnouite s'affirmaient les sectes bhāgavata et pāñcarātra , qui présentent entre elles de nombreuses similitudes, mais que les ouvrages vishnouites eux-mêmes distinguent les unes des autres. Les deux groupes adorent également Kṛṣṇa-Vāsudeva, mais les bhāgavata semblent appartenir à la filiation direct […] Lire la suite

MARATHE LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Ian RAESIDE
  •  • 2 634 mots

Dans le chapitre « Le XVIIe siècle et la poésie religieuse »  : […] Au xvii e siècle, le marathe est de nouveau la langue d'une entité politique avec la création, par Shivaji, du premier royaume marathe. Dès lors, la littérature s'enrichit de ballades et de chroniques historiques et, pour la première fois depuis le Līḷācaritra , on trouve de nombreux spécimens de prose dans les décrets et dans la correspondance des souverains et de leurs ministres. Mukteśvar, ne […] Lire la suite

VIṢṆU ou VISHNU ET VICHNOUISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 8 942 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le vichnouisme dans l'ouest de l'Inde »  : […] Le courant vichnouite a revêtu dans l'ouest de l'Inde, au Māhārāṣṭra, une forme originale. Le substrat vichnouite – et surtout krishnaïte – y remontait à haute époque. Déjà le Mahābhārata présentait Dvāraka comme la ville fondée et gouvernée par Kṛṣṇa. Nombreuses étaient, dans ces régions, les tribus pastorales qui se proclamaient les fidèles du dieu berger. On a connu assez tôt, dans ces mêmes c […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « TUKĀRĀM (1607 env.-env. 1649) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tukaram/