TSVETAÏEVA ou TSVETAEVA MARINA IVANOVNA (1892-1941)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Marina Tsvétaïéva est une des voix les plus fortes de la poésie russe du xxe siècle. On ne le sait pas encore ; ce n'est que dans les années 1980 que sa notoriété s'affirme en France et que Tsvétaïéva prend place aux côtés de Pasternak, Maïakovski, Mandelstam, Akhmatova, ses contemporains. Cette longue méconnaissance (son premier recueil important ne paraît à Moscou qu'en 1965) est un des signes de l'isolement tragique qui a marqué d'un bout à l'autre son itinéraire : l'affrontement cruel d'une personnalité lyrique passionnée qui ne répondait qu'à la dictée de son tempérament et de l'époque révolutionnaire avec ses exigences d'engagement idéologique.

Pour rejoindre son mari, ancien officier de l'Armée blanche, Tsvétaïéva quitte son pays en 1922 et vivra dix-sept ans d'exil – dont quatorze en France – dans des conditions matérielles et morales douloureuses.

Elle ne se reconnaît nullement dans les milieux littéraires de l'émigration qui, d'ailleurs, la rejettent. À propos de son œuvre, Pérékop, elle écrit à son amie tchèque, Anna Teskova : « Personne n'en veut. Pour la droite c'est trop à gauche quant à la forme, pour la gauche c'est trop à droite quant au contenu. » Saluée par les symbolistes à ses débuts, son œuvre participe du tourbillon créateur des années révolutionnaires, bien que Tsvétaïéva n'ait adhéré à aucun des courants poétiques constitués au début du xxe siècle (acméisme, futurisme, etc.).

C'est, paradoxalement, de Maïakovski – lui qui incarne la figure légendaire du poète révolutionnaire – que Tsvétaïéva est le plus proche, par son lyrisme monumental, l'intransigeance de son éthique, la dimension orale de sa poésie, le goût du matériau sonore et la pulvérisation des rythmes traditionnels.

En France, Tsvétaïéva résume ainsi sa tragédie : « Ici je suis inutile. Là-bas je suis impossible. » Exilée de partout, incomprise de ses proches (sa fille et surtout son mari, rapidement devenu prosoviétique, ne songent qu'à regagner le « sol natal »), accueillie en étrangère lors de son [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : agrégée de russe, professeur au lycée Évariste-Galois de Sartrouville

Classification


Autres références

«  TSVETAÏEVA ou TSVETAEVA MARINA IVANOVNA (1892-1941)  » est également traité dans :

LES CARNETS (M. Tsvetaeva)

  • Écrit par 
  • Hélène MÉLAT
  •  • 1 001 mots

Notrexxie siècle commençant se penche volontiers sur les coulisses de la création et les écrits intimes – du brouillon désordonné aux mémoires construits, en passant par le journal. La parution de la traduction richement annotée des Carnets de Marina Tsvetaeva (publiés sous la direction de L. Jurgenson, tradu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-carnets/#i_89243

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 103 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'hémorragie de la première émigration »  : […] À la fin de la guerre civile, perdue par les armées blanches, ce sont les trois quarts de l'intelligentsia russe qui fuient. Mikhaïl Boulgakov en fera un tableau amer et sarcastique dans une pièce de 1929 : Beg ( Fuite ). Quant à ceux qui ne fuient pas, on va bientôt les chasser du pays. En août 1922 eut lieu, sur ordre de Lénine, la fameuse expuls […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-la-litterature/#i_89243

Pour citer l’article

Ève MALLERET, « TSVETAÏEVA ou TSVETAEVA MARINA IVANOVNA - (1892-1941) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tsvetaieva-tsvetaeva/