Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TROPISMES, Nathalie Sarraute Fiche de lecture

L'invention du Nouveau Roman

Le travail de Nathalie Sarraute sur les Tropismes est d'abord une quête « des moments dans lesquels [elle a] l'impression que quelque chose d'inconnu est en train de se passer ». Ces moments, elle entreprend de les revivre, d'éprouver de l'intérieur les impressions, les sensations qu'elle prête ensuite aux « ils » qu'elle dépeint, figés devant les vitrines des grands magasins, aux « elles » qui mènent ensemble « la vie des femmes », allant « dans des thés » pour y poursuivre les commérages qui leur tiennent lieu de vie, au « il » professeur au Collège de France qui prétend vider Rimbaud et Proust de leur mystère, ou à ces « ils » qui ayant dans leur entourage une femme « si féminine, si effacée (ne faites pas attention, je suis très bien ainsi, je ne demande rien pour moi), sentaient sans cesse, comme en un point sensible de leur chair, sa présence ». Nathalie Sarraute n'écrit qu'à partir d'une expérience personnelle qui « recouvre l'expérience commune ». Dans ce souci d'atteindre à l'universel, dans le doute porté sur la valeur de l'identité, les personnages n'ont plus de caractères, d'existences en tant que telles : « ils ne sont qu'apparences, par derrière se déroule la vie anonyme des tropismes ». L'intrigue disparaît. La force dramatique naît uniquement des drames microscopiques causés par les mouvements intérieurs.

Tropismes marque une étape essentielle dans la contestation du roman balzacien, du narrateur extérieur tout-puissant, d'un récit qui se veut une illusoire reconstruction de la réalité. Lorsqu'en 1957 Jérôme Lindon voit se rassembler autour de sa maison d'édition – les éditions de Minuit – un certain nombre de romanciers (Claude Simon, Alain Robbe-Grillet, Robert Pinget, Claude Ollier, Michel Butor), qui poursuivent un objectif commun – écrire en refusant l'imitation des écrivains du passé, en inventant des formes neuves –, il réédite Tropismes : c'est à l'occasion de sa critique négative de La Jalousie d'Alain Robbe-Grillet et de Tropismes de Nathalie Sarraute qu'Émile Henriot invente dans Le Monde l'expression de Nouveau Roman répondant à celle de « vieux roman » employée par Nathalie Sarraute l'année précédente dans L'Ère du soupçon(1956). Ce recueil d'articles publiés au cours des années 1950 dans Les Temps modernes et la N.R.F. est considéré, avec Pour un nouveau roman d'Alain Robbe-Grillet (1963), comme la référence théorique essentielle pour comprendre ce courant littéraire dont Tropismes a été comme « l'échantillon avant-coureur ».

« Au fond, a déclaré Nathalie Sarraute à la fin de sa vie, je n'aurai vécu que pour une idée fixe » – l'exploration de ces tropismes qui de livre en livre ont été, sous des formes diverses, son unique obsession.

— Aliette ARMEL

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Nathalie Sarraute

Nathalie Sarraute

Autres références

  • ROMAN - Le nouveau roman

    • Écrit par Pierre-Louis REY
    • 4 668 mots
    • 1 média
    L'expression « nouveau roman » est due à Émile Henriot qui l'employa dans un article du Monde, le 22 mai 1957, pour juger sévèrement La Jalousie d'Alain RobbeGrillet et Tropismes de Nathalie Sarraute. Robbe-Grillet fut, semble-t-il, le premier à reprendre l'appellation à son compte....
  • SARRAUTE NATHALIE (1900-1999)

    • Écrit par Marianne ALPHANT
    • 2 476 mots
    • 1 média
    Les cinq années nécessaires à la rédaction de Tropismes semblent témoigner de la difficulté de l'entreprise. Il s'agissait de transcrire les impressions produites par des mouvements intérieurs, infimes et fugitifs, des affleurements incessants d'impulsions, de réactions, qui forment, aux limites...

Voir aussi