TROISIÈME VOIE, politique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La « troisième voie » est un objet politique non identifié. Jusqu'à sa résurgence dans le débat des années 1990, la notion de troisième voie renvoyait essentiellement à la vulgate sociale-démocrate en matière socio-économique : une voie étroite entre capitalisme marchand et dirigisme étatique, résumée parfois dans l'expression, d'origine allemande, « économie sociale de marché ». Le terme lui-même n'est d'ailleurs ni nouveau ni éclairant quant à son contenu puisqu'il a été utilisé tour à tour au xxe siècle par des groupes politiques ou des régimes très différents : fascistes dès les années 1920, sociaux-démocrates depuis les années 1950, « communistes réformateurs » dans les années 1960, écologistes dans les années 1970...

Objet de répulsion pour les uns, au nom de la préservation des valeurs traditionnelles de la gauche, ou gage de modernité pour les autres, au nom du dépassement du clivage gauche-droite, elle est soumise à une vigoureuse querelle des intentions depuis son apparition sur la scène politique européenne au milieu des années 1990. Les « nouveaux démocrates » américains, derrière Bill Clinton, en avaient déjà fait l'un de leurs slogans au début des années 1990 : il s'agissait de sortir de l'alternative entre « le réflexe de défense par la gauche des statu quo bureaucratiques et la tendance destructrice de la droite à démanteler l'État » (« The New Progressive Declaration : a political philosophy for the information age », Democratic Leadership Council, Juillet 1996). Mais c'est son identification avec la politique menée par le gouvernement de Tony Blair depuis 1997 qui a cristallisé le débat. Qualifié tour à tour de néo-thatchérien et de social-libéral, notamment en France, le Premier ministre britannique a surpris, séduit ou agacé selon l'utilisation politique que l'on a voulu faire de son action.

Pourtant la troisième voie ne se résume pas à son instrumentalisation idéologique. Elle est aussi une clé d'accès au monde actuel dont les bouleversements économiques, sociaux, cul [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur des Universités en science politique à l'université de Nice

Classification


Autres références

«  TROISIÈME VOIE, politique  » est également traité dans :

BLAIR TONY (1953- )

  • Écrit par 
  • Jacques LERUEZ
  •  • 2 363 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'exercice du pouvoir »  : […] Après son arrivée au pouvoir, Tony Blair jouit rapidement d'une popularité inégalée, atteignant un taux d'approbation de 90 points, au moment du congrès travailliste d'octobre 1997. En outre, son équipe, bien que dépourvue de toute expérience gouvernementale, donne très vite une impression de grande compétence, notamment le chancelier de l'Échiquier, Gordon Brown, qui se pose en « chancelier de fe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tony-blair/#i_39299

BROWN GORDON (1951- )

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER
  •  • 1 250 mots

Né le 20 février 1951 à Glasgow, James Gordon Brown a été le Premier ministre du Royaume-Uni du 28 juin 2007 au 11 mai 2010. Il a succédé à Tony Blair, dont il fut l'inamovible chancelier de l'Échiquier. Cette fonction a couronné une brillante carrière au sein du Parti travailliste, en dépit d'un certain nombre d'obstacles et de rivalités politiques. Cadet d'une famille de trois enfants, fils d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gordon-brown/#i_39299

GIDDENS ANTHONY (1938- )

  • Écrit par 
  • Antonin COHEN
  •  • 889 mots

Dans le chapitre « La « troisième voie » »  : […] Enfin, à travers une série d'essais publiés dans le courant des années 1990, Beyond Left and Right (1994), The Third Way (1998) et The Third Way and Its Critics (2000), Anthony Giddens s'est acquis une très large audience publique et médiatique comme l'un des principaux théoriciens de la « troisième voie » (entre néo-libéralisme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthony-giddens/#i_39299

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 250 mots
  •  • 65 médias

Dans le chapitre « Le blairisme triomphant »  : […] La première législature repose sur la volonté de mettre en œuvre le programme du Nouveau Travaillisme (New Labour), selon un processus cumulatif de réformes, dans le cadre de la Troisième Voie ( The Third Way ), définie à Brighton à l'automne de 1997 comme une « démocratie sociale modernisée », attachée à la justice sociale, innovante et inventive. La Troisième Voie se défini […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-histoire/#i_39299

ROYAUME-UNI - Le système politique

  • Écrit par 
  • Jacques LERUEZ
  •  • 10 912 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le parti travailliste : du « labourisme » au blairisme »  : […] Constitué en 1906 par les syndicats autour du leader écossais Keir Hardie, il s'impose comme l'opposition officielle dès 1922, formant son premier gouvernement (minoritaire) dès 1923. En 2007, il avait gouverné la Grande-Bretagne pendant plus d'un quart de siècle. Son chef n'a pas toujours été aussi dominant qu'aujourd'hui au sein du parti. Jusqu'en 1981, il n'est l'élu que des seuls députés aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-le-systeme-politique/#i_39299

ROYAUME-UNI - Économie

  • Écrit par 
  • Emmanuel HACHE
  •  • 7 959 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Poursuite des réformes structurelles »  : […] À la suite de la défaite des conservateurs aux élections de 1996, le travailliste Tony Blair est porté au pouvoir et hérite d'une économie britannique profondément transformée par les cabinets Thatcher et Major. Loin de remettre en cause les réformes des années 1980 et 1990, Tony Blair et le New Labour intensifient les mesures de politique économique visant à déréglementer les marchés, tout en e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-economie/#i_39299

SOCIALISME - Social-démocratie

  • Écrit par 
  • Philippe MARLIÈRE
  •  • 10 049 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le virage social-libéral »  : […] Dans les années 1980, les brèves expériences néo-keynésiennes du P.S. français (1981-1982) et du P.A.S.O.K. grec (1981-1984), poursuivies dans un environnement international hostile, se sont soldées par des échecs. La social-démocratie se retrouve sans cadre théorique et programmatique. Les partis sociaux-démocrates alors au pouvoir dans le sud de l'Europe mènent des politiques de désinflation co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/socialisme-social-democratie/#i_39299

TRAVAILLISME

  • Écrit par 
  • Monica CHARLOT
  •  • 4 598 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un programme politique centriste »  : […] Depuis 1997 et l'arrivée de Tony Blair à sa tête, le parti a adopté une politique de troisième voie, parfois appelée blairisme. Issu d'une famille aisée, éduqué à Oxford puis devenu un brillant avocat, Tony Blair prône une politique fondée sur le principe de l'égalité des chances, directement inspirée des travaux de John Rawls qui disqualifient les politiques de réduction des inégalités. Par aill […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/travaillisme/#i_39299

ZAPATERO JOSÉ LUIS RODRIGUEZ (1960- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 991 mots

José Luis Zapatero a été le président du gouvernement espagnol de 2004 à 2011. Né le 4 août 1960 à Valladolid, fils d'un avocat, José Luis Rodríguez Zapatero grandit à León, dans le nord de l'Espagne. Étudiant brillant, il enseigne à la faculté de droit dès l'obtention de son diplôme en 1982. Attiré par la politique, il devient le secrétaire général, pour la ville de León, du Parti socialiste ouv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jose-luis-rodriguez-zapatero/#i_39299

Pour citer l’article

Laurent BOUVET, « TROISIÈME VOIE, politique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-voie-politique/