ROME TROISIÈME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De même que Byzance, la deuxième Rome, avait supplanté la première lors des invasions barbares, certains écrivains russes du xvie siècle, qui considéraient que l'une et l'autre avaient successivement failli à leur mission de diriger la chrétienté, revendiquèrent pour Moscou, avec le titre de Troisième Rome, le droit de relayer Constantinople dans sa suprématie politique et religieuse. Cette idée prenait tout son sens à l'intérieur des visées messianiques qui se manifestèrent chez les Moscovites à la suite de la chute de Constantinople en 1453, cet événement ayant lui-même mis fin à l'union avec l'Église latine qui avait été décidée au concile de Ferrare-Florence (1438-1439), mais qui, tenue alors par beaucoup pour une trahison de la foi orthodoxe, n'avait été officiellement proclamée à Sainte-Sophie que quelques mois avant la prise de la capitale par les Turcs. La théorie de la Troisième Rome trouva son expression la plus célèbre sous la plume du moine Philothée, de Pskov, au temps de Basile III à qui le pape Léon X devait offrir, en 1519, la couronne royale, en lui promettant un patriarcat indépendant pour Moscou s'il consentait à reconquérir Constantinople, et à qui Philothée écrivait : « Et maintenant sur la terre entière rayonne, plus éblouissante que le soleil, la sainte Église catholique apostolique de la Troisième Nouvelle Rome, votre puissant Empire [...], et il n'y en aura plus une quatrième. »

En fait, Moscou ne revendiqua jamais officiellement la suprématie universelle ; et, dans le domaine ecclésiastique, si elle obtint en 1589 l'élévation de son métropolite au patriarcat, elle dut se contenter de la dernière place, après les autres patriarcats orientaux de Constantinople, d'Alexandrie, d'Antioche et de Jérusalem, et ne cessa pas de reconnaître l'autorité du premier. Mais l'idée de la Troisième Rome servit de référence plus ou moins avouée aux efforts des grands-ducs de Moscovie pour asseoir [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Classification


Autres références

«  ROME TROISIÈME  » est également traité dans :

MAXIME LE GREC (1480-1556)

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 408 mots

Devenu moine sous le nom de Maxime, ouvert au mouvement de la Renaissance et adversaire du courant « joséphien » de la troisième Rome, Michel Trivolis, né à Arta (Épire), se rendit d'abord en Occident pour s'y former à l'humanisme que les savants byzantins de la génération précédente y avaient développé. Il séjourna à Paris, à Florence, à Venise et à Padoue. Il se convertit sous l'influence de Sav […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maxime-le-grec/#i_35824

RASKOL

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 466 mots

Mot russe qui signifie « schisme ». On désigne ainsi la cassure qui a divisé la chrétienté russe au xvii e siècle, mais d'une manière qui en fait comme l'opposé de la Réforme en Occident : le Raskol est une antiréforme caractérisée par un attachement presque magique aux traditions. Au cours du xvi e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raskol/#i_35824

Pour citer l’article

« ROME TROISIÈME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-rome/