ROME TROISIÈME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De même que Byzance, la deuxième Rome, avait supplanté la première lors des invasions barbares, certains écrivains russes du xvie siècle, qui considéraient que l'une et l'autre avaient successivement failli à leur mission de diriger la chrétienté, revendiquèrent pour Moscou, avec le titre de Troisième Rome, le droit de relayer Constantinople dans sa suprématie politique et religieuse. Cette idée prenait tout son sens à l'intérieur des visées messianiques qui se manifestèrent chez les Moscovites à la suite de la chute de Constantinople en 1453, cet événement ayant lui-même mis fin à l'union avec l'Église latine qui avait été décidée au concile de Ferrare-Florence (1438-1439), mais qui, tenue alors par beaucoup pour une trahison de la foi orthodoxe, n'avait été officiellement proclamée à Sainte-Sophie que quelques mois avant la prise de la capitale par les Turcs. La théorie de la Troisième Rome trouva son expression la plus célèbre sous la plume du moine Philothée, de Pskov, au temps de Basile III à qui le pape Léon X devait offrir, en 1519, la couronne royale, en lui promettant un patriarcat indépendant pour Moscou s'il consentait à reconquérir Constantinople, et à qui Philothée écrivait : « Et maintenant sur la terre entière rayonne, plus éblouissante que le soleil, la sainte Église catholique apostolique de la Troisième Nouvelle Rome, votre puissant Empire [...], et il n'y en aura plus une quatrième. »

En fait, Moscou ne revendiqua jamais officiellement la suprématie universelle ; et, dans le domaine ecclésiastique, si elle obtint en 1589 l'élévation de son métropolite au patriarcat, elle dut se contenter de la dernière place, après les autres patriarcats orientaux de Constantinople, d'Alexandrie, d'Antioche et de Jérusalem, et ne cessa pas de reconnaître l'autorité du premier. Mais l'idée de la Troisième Rome servit de référence plus ou moins avouée aux efforts des grands-ducs de Moscovie pour asseoir leur prestige, au cours du xvie siècle. C'est ainsi que le titre de « tsar », adopté à l'époque d'Ivan III (1462-1505) et remplaçant celui, plus vague, de césar ou de roi, prit véritablement le sens d'empereur lorsque le grand-duc Ivan IV le Terrible fut, en 1547, solennellement couronné par le métropolite. Aussi le patriarche de Constantinople ne se résigna-t-il à reconnaître ce nouveau titre d'empereur qu'en 1562.

Constamment sous-jacente à mesure que s'étendait le pouvoir de la Moscovie et que s'y développait la vie religieuse, la théorie de la Troisième Rome s'estompa néanmoins avec les réformes de laïcisation de Pierre le Grand (1682-1725). Elle fut cependant restaurée d'une certaine manière, au xixe siècle, par un groupe d'intellectuels russes slavophiles qui s'attachèrent à célébrer la supériorité de la culture slave sur celle de l'Occident.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Classification

Autres références

«  ROME TROISIÈME  » est également traité dans :

MAXIME LE GREC (1480-1556)

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 408 mots

Devenu moine sous le nom de Maxime, ouvert au mouvement de la Renaissance et adversaire du courant « joséphien » de la troisième Rome, Michel Trivolis, né à Arta (Épire), se rendit d'abord en Occident pour s'y former à l'humanisme que les savants byzantins de la génération précédente y avaient développé. Il séjourna à Paris, à Florence, à Venise et à Padoue. Il se convertit sous l'influence de Sav […] Lire la suite

RASKOL

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 466 mots

Mot russe qui signifie « schisme ». On désigne ainsi la cassure qui a divisé la chrétienté russe au xvii e siècle, mais d'une manière qui en fait comme l'opposé de la Réforme en Occident : le Raskol est une antiréforme caractérisée par un attachement presque magique aux traditions. Au cours du xvi e siècle, la Russie s'était isolée et comme figée dans la conscience d'être la « troisième Rome » e […] Lire la suite

Les derniers événements

29 avril 2018 Italie. Victoire de la Ligue dans le Frioul-Vénétie Julienne.

Après la Lombardie et la Vénétie, le Frioul-Vénétie Julienne devient ainsi la troisième région du nord du pays à être dirigé par la Ligue (ex-Ligue du Nord), également victorieuse des élections législatives de mars. […] Lire la suite

3-23 juin 2017 Royaume-Uni. Nouveaux attentats à Londres.

Un deuxième, Youssef Zaghba, un Italien d’origine marocaine, avait été signalé au Royaume-Uni par les autorités italiennes, selon Rome. Le troisième, Rachid Redouane, prétendument de nationalité marocaine et libyenne, était inconnu des autorités. Tous habitaient Londres. Il s’agit du troisième attentat islamiste de l’année dans le pays. Le 4, l’organisation État islamique revendique l’attentat. […] Lire la suite

18-25 octobre 2016 Afrique. Annonce du retrait de pays africains de la Cour pénale internationale.

Le 18, le président burundais Pierre Nkurunziza promulgue une loi qui dénonce le statut de Rome fondant la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye, entré en vigueur en juillet 2002. Le pays est sous le coup d’un examen préliminaire ouvert en avril par la CPI au sujet de la répression, en 2015, du mouvement d’opposition à la décision du président Nkurunziza de briguer un troisième mandat. […] Lire la suite

1er-31 octobre 2001 Afghanistan – États-Unis. Intervention militaire en Afghanistan et contamination par la maladie du charbon aux États-Unis

Le 10, un troisième cas de contamination par le bacille du charbon sera diagnostiqué chez une personne ayant travaillé dans le même immeuble que les deux malades précédents. Le 10, les représentants des 56 États membres de l'Organisation de la conférence islamique, réunis à Doha, prennent acte de l'entreprise des États-Unis visant à détruire le réseau terroriste mis en place par Oussama ben Laden en Afghanistan, mais refusent qu'un autre pays arabe ou musulman soit attaqué, « sous prétexte de lutte contre le terrorisme ». […] Lire la suite

19-21 juin 1998 Vatican – Autriche. Visite du pape Jean-Paul II en Autriche

Du 19 au 21, le pape Jean-Paul II effectue sa troisième visite en Autriche, après celles de 1983 et 1988. L'Église autrichienne est en crise depuis l'affaire Groër. Accusé de pédophilie par d'anciens séminaristes, l'ancien archevêque de Vienne, le cardinal Hans Hermann Groër, a été contraint de démissionner en 1995. Cette affaire et la nomination par Rome de plusieurs évêques ultraconservateurs ont renforcé, parmi le clergé et les fidèles, le mouvement de contestation de la hiérarchie et du centralisme romain baptisé « Nous somme l'Église ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

« ROME TROISIÈME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-rome/