TROIS CONTES, Gustave FlaubertFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Saint Flaubert, écrivain et martyr ?

Si chacun de ces récits a fait l’objet d'études spécifiques (particulièrement Un cœur simple), les Trois Contes ont rarement été abordés dans leur ensemble. Il est vrai que la constitution d’un recueil n’était à l’évidence pas l’objectif premier de Flaubert. Si l’idée s’en est progressivement imposée à lui, il semble que cela ait été avant tout pour des raisons éditoriales et pour tout dire matérielles (« … cela me ferait trois contes, de quoi publier à l’automne un volume assez drôle »). De fait, l’impression première est celle d’une grande hétérogénéité, entre la biographie d’une femme du peuple dans la France provinciale du xixe siècle, un récit hagiographique médiéval et l’adaptation d’un épisode biblique. Au reste, cet éclectisme se retrouve dans toute l'œuvre de Flaubert, et l’on n’a pas manqué de noter la concordance entre ces trois nouvelles et les « grands romans ». La légende de saint Julien, associée au souvenir d'un vitrail d’une petite église vu dans son enfance, s’inscrit dans un attrait plus large pour le Moyen Âge dont témoigne La Tentation de saint Antoine (1874). La veine réaliste d’Un cœur simple est davantage celle de Madame Bovary, même si, pour répondre à une demande de sa grande amie George Sand, Flaubert, sans renoncer à l’impératif d’« impersonnalité », pierre angulaire de son « art poétique », y entend, sans la moindre ironie, « apitoyer, faire pleurer les âmes sensibles ». Hérodias, enfin, vient rappeler, à la suite de Salammbô (1862), sa fascination pour le monde antique et oriental, née peut-être en 1849 lors du voyage en Orient avec Maxime Du Camp. Ajoutons que ces trois sources d’inspiration sont elles-mêmes à resituer dans le contexte culturel du temps : intérêt naturaliste pour la réalité sociale contemporaine, goût romant [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TROIS CONTES, Gustave Flaubert  » est également traité dans :

FLAUBERT GUSTAVE

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 9 805 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Trois Contes » (1875-1877) »  : […] En 1875, l'horizon, déjà très sombre, s'obscurcit encore. Après les deuils, la guerre, l'ordre moral, les échecs répétés des dernières œuvres, ce sont maintenant les problèmes matériels. Pour éviter la faillite au mari de Caroline, sa nièce, Flaubert liquide l'essentiel de son patrimoine. Il vivra jusqu'aux derniers jours dans de constantes difficultés financières. En septembre 1875, dégoûté de to […] Lire la suite

MANUSCRITS - La critique génétique

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 13 193 mots

Dans le chapitre « Classer et déchiffrer »  : […] Le classement génétique ne peut être mené à bien sans un déchiffrement intégral des documents. En fait, classement et transcription sont deux opérations qui ne peuvent être entreprises qu'en parallèle et simultanément. C'est le déchiffrement des folios qui permet de comparer, dans le détail, les différents états d'un même fragment et donc de les classer les uns par rapport aux autres ; mais c'est […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guy BELZANE, « TROIS CONTES, Gustave Flaubert - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/trois-contes/