Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TRAITÉ D'ÉCONOMIE POLITIQUE, Jean-Baptiste Say Fiche de lecture

L'apparition de l'entrepreneur dans l'économie politique

L'analyse de la production constitue la partie la plus importante du Traité et le terrain sur lequel l'approche de Say est aussi la plus novatrice, dans la mesure où elle s'éloigne de la version matérialiste de Smith : « la production – dit-il – n'est pas une création de matière mais d'utilité ». L'utilité est le fondement de la valeur et le prix des choses mesure leur utilité. Si la concurrence est sans entraves, qu'elles soient d'ordre étatique ou monopolistique, le prix du marché exprime la valeur réelle et le coût de production n'est alors qu'une contrainte qui détermine pour le producteur le seuil au-delà duquel il s'arrête de produire. Le traité amorce bien un abandon de la notion de valeur-travail. La valeur, selon Say, est une valeur marchande qui ne se définit que par l'échange. Dès lors, Say accorde un caractère productif à l'activité du savant, à celle de l'entrepreneur ou du négociant, qui contribuent toutes à la formation de la valeur utilité.

La production libérée des entraves de l'État d'ancien régime, de ses privilèges et de ses monopoles, des barrières douanières, ne connaît pas de limites. Toute production entraînant une distribution de revenus équivalente, il ne peut y avoir de décalage durable entre production et consommation. L'offre crée sa propre demande : telle est l'une des expressions de la fameuse « loi des débouchés » qui a rendu le Traité célèbre. Dans cette optique, les crises ne sont que la sanction d'une insuffisance de la production. « Ce sont les obstacles à la production qui seuls empêchent l'écoulement des produits. » Le remède à la crise se trouve alors dans un accroissement de la production. Étendue au domaine de l'échange international, la démarche de Say justifie le libre-échange, fustige le mercantilisme et affirme que, pour que l'un puisse vendre, il faut que l'autre puisse acheter, et que l'échange est d'autant plus favorable qu'il se fait avec des nations riches, idée alors très novatrice.

Dans la « loi des débouchés », le personnage central est l'entrepreneur confronté à l'incertitude marchande et au problème pratique d'anticiper la demande. L'entrepreneur met en application les connaissances du savant par l'innovation technique pour créer de l'utilité, exerce un travail de coordination sociale et réduit l'incertitude du producteur face aux biens à produire, en quantité, comme en valeur. L'entrepreneur est au centre d'une société industrielle, productiviste, dans laquelle l'homme exerce son pouvoir sur la nature pour accroître indéfiniment les richesses, et cela, surtout grâce à l'utilisation des machines et du capital, plus qu'à la division du travail valorisée par Adam Smith.

Mais si l'entrepreneur est valorisé, Say, qui reste « un bon républicain » selon la formule de Stuart Mill, entend que les ouvriers ne « soient pas réduits à se vendre au minimum », ce qui lui semble être une des plaies de la société anglaise. Tout en soulignant le rôle de l'entrepreneur, il aspire à une société où dominerait une classe moyenne éclairée, qui ne serait pas entièrement accaparée par le souci de la production et dont « l'honnête médiocrité » serait éloignée tout autant de la « fortune opulente » que de la misère. Le Traité, qui appartient à un ensemble d'œuvres dont le souci est de clore la Révolution, voit le remède à la crise révolutionnaire dans une mobilisation libérale des forces productives et considère que cet effort, loin de creuser les différences dans la société, permettra au contraire d'éloigner le paupérisme qui est un héritage du passé et non une menace pour l'avenir.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ÉCONOMIE (Définition et nature) - Enseignement de l'économie

    • Écrit par Jean-Marc DANIEL
    • 5 551 mots
    La nécessité d'enseigner l'économie est une conséquence de ses théories. Il est, en effet, connu pour avoir énoncé la loi des débouchés (Traité d'économie politique, 1803). Selon cette loi, chaque fois qu'une entreprise produit quelque chose, elle distribue sous forme de salaires et de...

Voir aussi