TRADITIONALISME, philosophie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Doctrine selon laquelle les formes politiques et religieuses doivent être conservées, dès lors qu'elles sont traditionnelles, consacrées par le passé. Qu'on échoue à les justifier intellectuellement n'est pas une objection, car leur valeur ne tient pas au fait qu'on peut les vérifier ou non par voie critique (enquête et raisonnement sont faillibles, superficiels, inadéquats) ; elle tient au fait que la société, qui s'est édifiée bien avant l'apparition de la science, a dû connaître et satisfaire ses besoins profonds de manière spontanée, c'est-à-dire à partir d'une révélation congénitale. C'est cette révélation qui est le fondement de tout, y compris de la vérité. Et c'est par la tradition, chargée de transmettre la révélation initiale, que la vérité peut être connue (le traditionalisme conduit au fidéisme, parce qu'il réserve à la foi issue de la révélation et communiquée par tradition de déterminer même les vérités de raison). Historiquement, cette doctrine a été celle de Bonald, de Joseph de Maistre, de Bautain, de Bonnety. Elle repose sur une conception précise de l'autorité et de l'obéissance : l'homme est « un être essentiellement enseigné ». Il doit recevoir la vérité d'en haut, comme héritage collectif. Cet héritage ne peut venir que de la société, parce que la fondation de celle-ci coïncide avec une Révélation qui apporte toutes les vérités nécessaires, avec une Parole qui les authentifie et qui, d'ailleurs, pour certains traditionalistes, fut à l'origine d'une langue universellement comprise, véhicule de connaissances indispensables en matière d'organisation, de morale, de religion. Si, au contraire, l'homme entend user du sens propre, de la raison individuelle, il préfère la nouveauté à la « vérité oubliée » et il introduit l'erreur, puisque la nouveauté est « sans ancêtres », c'est-à-dire sans garantie, et devrait rester « sans postérité », faute de paternité légitime. Le traditionalisme fut condamné en 1855 par l'Église romaine, qui tint à réhabiliter l'usage normal de la raison et du raisonnement.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  TRADITIONALISME, philosophie  » est également traité dans :

BONALD LOUIS-AMBROISE DE (1754-1840)

  • Écrit par 
  • Colette CAPITAN PETER
  •  • 892 mots

Dans le chapitre « Un démenti à l'esprit du siècle »  : […] L'œuvre philosophique et politique de Bonald se présente comme un vaste démenti aux théories et aux idées révolutionnaires issues des encyclopédistes et de J.-J. Rousseau. Pour Bonald, l'idée contenue dans le Contrat social est une idée fausse, contredite par les faits. Les individus, dit Bonald, ne peuvent agir sur les lois qui règlent la vie en société, moins encore en être les auteurs, car ils […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-ambroise-de-bonald/#i_59273

FIDÉISME

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 292 mots

Terme d'origine théologique, appliqué à la doctrine de Bautain et de Lamennais. Cette doctrine a été condamnée en 1838 par les autorités ecclésiastiques. Elle était liée au traditionalisme de Joseph de Maistre et de Bonald. Selon le traditionalisme, la vérité ne peut être connue que par la tradition, non par la raison ; au principe de toute connaissance se trouve une révélation primitive que prol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fideisme/#i_59273

MAISTRE JOSEPH DE (1753-1821)

  • Écrit par 
  • Pierre VALLIN
  •  • 1 629 mots

Dans le chapitre « Projet d'une épistémologie sociale »  : […] Maistre a voulu renverser, dans tous les domaines de la connaissance, le « sophisme fondamental de l'orgueil moderne qui confond [...] la découverte ou la génération d'un effet avec la révélation d'une cause ». Il s'agissait tout spécialement de montrer que la vie sociale ne peut être analysée à partir d'une nature immuable de l'homme qu'il serait à la portée de la raison philosophante de reconnaî […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-de-maistre/#i_59273

Pour citer l’article

« TRADITIONALISME, philosophie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/traditionalisme-philosophie/