TOULA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chef-lieu de l'oblast du même nom qui rassemble 1 566 295 habitants en 2008 sur 25 700 kilomètres carrés, Toula comptait 481 216 âmes en 2002. Elle a grandi à 180 kilomètres au sud de Moscou, sur les rives de l'Oupa, affluent de l'Oka.

Le nom de la cité de Toula apparaît pour la première fois dans des documents du xive siècle d'après lesquels elle fait alors fonction de forteresse protégeant les approches de Moscou par le sud. La présence de minerai de fer et de vastes forêts dans son voisinage en font, à partir du milieu du xviie siècle, une ville de sidérurgie ; la création, en 1712, d'un arsenal la transforme bientôt en principal centre de fabrication d'armes de l'Empire. Durement concurrencée, en tant que foyer de métallurgie primaire, par les forges de l'Oural au xviiie siècle, et par les hauts fourneaux d'Ukraine à la fin du xixe siècle, la ville, où l'on s'adonnait depuis le début du xixe siècle à la fabrication des samovars et des accordéons, restait en 1897 plus peuplée que Nijni-Novgorod et se classait alors, avec 115 000 habitants, au deuxième rang des villes de Russie centrale derrière Moscou.

La population de Toula s'est, depuis la révolution, accrue plus lentement que celle de Nijni-Novgorod (rebaptisée Gorki sous le régime soviétique). Les entreprises de constructions mécaniques et électriques voisinent avec les aciéries. Une grande partie du lignite est exploité localement et utilisé dans l'industrie chimique. La fabrication traditionnelle des samovars reste importante. Rendue célèbre auprès des amateurs d'art par son kremlin (1521), la cité de Toula est tout proche de Iasnaïa Poliana où naquit, vécut et repose Léon Tolstoï.

—  Pierre CARRIÈRE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  TOULA  » est également traité dans :

BOLOTNIKOV IVAN ISSAÏEVITCH (mort en 1608)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ARRIGNON
  •  • 592 mots

Chef du soulèvement populaire qui éclate dans le sud-ouest de la Russie en 1606-1607 et qui menace un moment l'ordre social, après l'accession au trône du tsar Chouïski (1606-1610), représentant de la haute noblesse. Né serf du prince Teliatevski, Bolotnikov aspire tout jeune à la liberté, qu'il obtient en s'enfuyant chez les cosaques du Don. Captu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ivan-issaievitch-bolotnikov/#i_43142

Pour citer l’article

Pierre CARRIÈRE, « TOULA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/toula/